Violences faites aux femmes : vers une systématisation du dépôt de plainte

Auteur(s)
AS
Publié le 25 novembre 2014 - 10:16
Image
Une manifestation à Paris le 25 novembre 2012 pour protester contre les violences faites aux femmes.
Crédits
©Alfred/Sipa
Une manifestation à Paris le 25 novembre 2012 pour protester contre les violences faites aux femmes.
©Alfred/Sipa
En cette Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, une convention doit être déposée par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, pour faciliter le dépôt de plainte des femmes victimes de violences conjugales. En France, seulement 16% des femmes victimes de ce type de violences portent plainte.

En France, près de 216.000 femmes sont victimes chaque année de violences conjugales. Rien qu'en 2013, 121 femmes sont décédées sous les coups de leurs compagnons. "Ces violences inacceptables doivent faire l'objet d'une réponse pénale et sociale. J’ai décidé d’en faire une priorité de l’action des forces de police et de gendarmerie, dans le cadre du plan interministériel 2014-2016", s'est engagé le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, qui a lieu ce mardi 25.

En France, une convention signée entre l'Intérieur, la Justice, les Droits des femmes, les Affaires sociales et la police, et destinée à faciliter le dépôt de plainte des femmes victimes de violences conjugales, doit être remise ce mardi à Paris par Bernard Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur affirmait dans un entretien au Parisien lundi 24 vouloir "systématiser le dépôt de plainte par les victimes (…) et ainsi éviter l'impunité des auteurs".

Mais beaucoup de femmes (84% selon les chiffres du gouvernement) ne portent pas plainte. C'est pourquoi cette convention prévoit également, même en l'absence de plainte, "d'organiser un suivi systématique et immédiat de chacune de ces femmes", a précisé Bernard Cazeneuve. Un suivi d'autant plus important qu'une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son compagnon en France.

A partir du 1er décembre, un téléphone d'urgence équipé d'un bouton d'alerte sera proposé aux femmes que la justice juge en danger, c'est-à-dire celles dont le compagnon a interdiction légale d'entrer en contact avec elles. Ce dispositif a déjà été expérimenté dans plusieurs départements de France mais devrait être généralisé en décembre.

 

 

 

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Olaf Scholz
Olaf Scholz, prince autoritaire à Hambourg, technocrate défaillant et chancelier chancelant
PORTRAIT CRACHE - Olaf Scholz est une énigme, mais on ne prend aucun plaisir à la résoudre. Gauchiste à l’époque de la RFA, puis élu centriste du SDP dont il devient l...
01 mars 2024 - 14:08
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.