Cancer du sein: les chiens renifleurs, nouvelle méthode de dépistage

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Cancer du sein: les chiens renifleurs, nouvelle méthode de dépistage

Publié le 21/06/2016 à 08:16 - Mise à jour à 08:20
©Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les chiens à l'odorat très développé seraient capables de repérer l'odeur dégagée par certaines cellules cancéreuses. Partant de ce constant, l'Institut Curie a levé des fonds pour développer un projet lancé en avril dernier: dépister le cancer du sein grâce au flair des canidés.

On le sait: le chien est le meilleur ami de l'homme. Mais en plus d'être un fidèle compagnon, il pourrait également être d'une très grande utilité dans le domaine de la médecine. Selon plusieurs études, certains chiens, à l'odorat très développé, seraient capables de repérer l'odeur dégagée par certaines cellules cancéreuses grâce à leur flair. Partant de ce constat,  l'Institut Curie a levé 100.000 euros par le biais du mécénat pour développer le projet Kdog. Initié par l'entreprise International Training Dog Center (ITDC), ce programme met à contribution des chiens renifleurs pour détecter les cancers du sein.

Ainsi, dès septembre prochain, deux bergers malinois (Thor et Nykios) travailleront avec Jacky Experton (expert des techniques cynophiles et fondateur de l'ITDC) pour reconnaître l'odeur du cancer du sein en vue de dépister de manière précoce la maladie. Concrètement, pendant que l’un sera entraîné à reconnaître des tissus imprégnés de la transpiration des patientes, l’autre se concentrera sur les prélèvements des tumeurs. Au total, les tests devraient durer entre six et neuf mois. Quant à l'Institut Curie, il mènera des essais cliniques pour valider les résultats et l'efficacité de cette méthode.

"Si notre postulat se vérifiait, les bénéfices seraient immenses", a souligné la biologiste Aurélie Thuleau, chef du projet Kdog. "Car le flair des chiens est par nature non invasif, extrêmement mobile, très peu coûteux et constituerait une solution de dépistage idéale, dans une perspective humanitaire par exemple".

D'après une étude autrichienne, menée en 2012, des canidés ont été capables de reconnaître, avec un taux de réussite de 70%, un cancer du poumon simplement en reniflant l’haleine des patients. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les chiens, habitués à détecter les stupéfiants ou les explosifs, pourraient repérer l'odeur dégagée par certaines cellules cancéreuses grâce à leur flair.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-