Cancer du sein : les chiens renifleurs, nouvelle méthode de dépistage

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 21 juin 2016 - 10:16
Image
Un malinois.
Crédits
©Flickr
Les chiens, habitués à détecter les stupéfiants ou les explosifs, pourraient repérer l'odeur dégagée par certaines cellules cancéreuses grâce à leur flair.
©Flickr
Les chiens à l'odorat très développé seraient capables de repérer l'odeur dégagée par certaines cellules cancéreuses. Partant de ce constant, l'Institut Curie a levé des fonds pour développer un projet lancé en avril dernier: dépister le cancer du sein grâce au flair des canidés.

On le sait: le chien est le meilleur ami de l'homme. Mais en plus d'être un fidèle compagnon, il pourrait également être d'une très grande utilité dans le domaine de la médecine. Selon plusieurs études, certains chiens, à l'odorat très développé, seraient capables de repérer l'odeur dégagée par certaines cellules cancéreuses grâce à leur flair. Partant de ce constat,  l'Institut Curie a levé 100.000 euros par le biais du mécénat pour développer le projet Kdog. Initié par l'entreprise International Training Dog Center (ITDC), ce programme met à contribution des chiens renifleurs pour détecter les cancers du sein.

Ainsi, dès septembre prochain, deux bergers malinois (Thor et Nykios) travailleront avec Jacky Experton (expert des techniques cynophiles et fondateur de l'ITDC) pour reconnaître l'odeur du cancer du sein en vue de dépister de manière précoce la maladie. Concrètement, pendant que l’un sera entraîné à reconnaître des tissus imprégnés de la transpiration des patientes, l’autre se concentrera sur les prélèvements des tumeurs. Au total, les tests devraient durer entre six et neuf mois. Quant à l'Institut Curie, il mènera des essais cliniques pour valider les résultats et l'efficacité de cette méthode.

"Si notre postulat se vérifiait, les bénéfices seraient immenses", a souligné la biologiste Aurélie Thuleau, chef du projet Kdog. "Car le flair des chiens est par nature non invasif, extrêmement mobile, très peu coûteux et constituerait une solution de dépistage idéale, dans une perspective humanitaire par exemple".

D'après une étude autrichienne, menée en 2012, des canidés ont été capables de reconnaître, avec un taux de réussite de 70%, un cancer du poumon simplement en reniflant l’haleine des patients. 

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.