Cancer: Google veut inventer une pilule qui le détecte

Cancer: Google veut inventer une pilule qui le détecte

Publié le 29/10/2014 à 11:30 - Mise à jour le 05/11/2014 à 16:12
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Amandine Zirah
-A +A

Le géant de l’informatique, Google, a annoncé mardi 28 s’être lancé dans les nanoparticules afin de dépister certaines maladies. Une fois dans le sang, elles détecteraient à coup sûr l’imminence de cancers ou de crises cardiaques.

La firme américaine Google souhaite réinventer la médecine. Après les télécoms, la voiture sans chauffeur, les lunettes interactives, les montgolfières comme relais internet ou la robotique, Google a dévoilé mardi 28 son projet de recherche sur les nanotechnologies. Aux allures de films de science-fiction, le projet vise à faire circuler dans le sang des particules nanoscopiques (2.000 fois plus petite qu’une cellule sanguine) pour diagnostiquer des maladies comme le cancer. Le projet dépend de Google X Life Sciences, le laboratoire du géant américain qui espère le mettre au point d’ici une dizaine d’années.

Ces particules seraient des sortes de capteurs qu’on ingérerait, via une gélule ou un comprimé. Elles seraient programmées pour détecter les modifications de notre organisme qui précèdent l’apparition d’une tumeur, d’un accident vasculaire cérébral ou d’une crise cardiaque. Cela permettrait "d’aider les médecins à détecter les maladies dès leurs prémices", fait valoir le groupe. Mais Google ne donne pas plus de détails sur cette technologie. "Nous en sommes encore à un stade très précoce", explique au quotidien économique Les Echos Andrew Conrad, directeur de Google X Life Sciences. Pour l’instant, Google cherche des partenaires pour développer son projet.

Ce n’est pas la première initiative du groupe dans le domaine de la santé. Google avait ainsi annoncé en début d’année qu’il était en train de mettre au point des lentilles de contact "intelligentes" pour les diabétiques, capables de mesurer en temps réel le taux de glucose dans les larmes. 

Auteur(s): Amandine Zirah

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Google développe une pilule pour repérer le cancer et les risques d'infarctus.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-