Distilbène: deux fois plus de risques de cancer du sein chez les filles de patientes traitées

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Distilbène: deux fois plus de risques de cancer du sein chez les filles de patientes traitées

Publié le 02/12/2014 à 15:56 - Mise à jour le 03/12/2014 à 08:30
©DES Daughter/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Une étude parue lundi révèle que les filles de patientes traitées au Distilbène, un médicament contre les fausses couches, ont un risque de développer une tumeur du sein deux fois plus élevé. Un peu plus de 80.000 personnes sont concernées en France.

C'est le choc pour les 80.000 "filles du Distilbène" de France. Selon une étude de grande envergure réalisée sur un groupe de 6.700 femmes par l'équipe du Pr Michel Tournaire de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul (Paris), les filles de patientes traitées contre les fausses couches avec ce médicament ont deux fois plus de risques de développer un cancer du sein à partir de 40 ans. Elles sont également plus exposées aux cancers et malformations génitaux.

"Etant donné que le risque de cancer du sein est élevé dans la population générale (environ 1 cancer pour 9 femmes en France), cette augmentation représente un réel problème de santé publique, notamment en termes de nombre de cas, puisqu'il y aurait environ 16.000 à 20.000 cas de cancers chez les 80.000 (femmes concernées) en France, au lieu des 8.000 à 10.000 cas attendus", expliquent les auteurs de l'étude. Ils recommandent ainsi aux femmes concernées de se rapprocher de leur gynécologue pour faire le point sur leur situation.

En France, de 1948 à 1977, selon Le Figaro, le Distilbène a été prescrit à près de 200.000 femmes afin de prévenir les risques de fausses couches. Ces œstrogènes de synthèse ont depuis été interdits. Aux Etats-Unis, ils ont été interdits aux femmes enceintes dès 1971 pour des soupçons de lien de causalité entre cette molécule et l'apparition de cancers génitaux chez les filles de mères traitées.

L'étude du Pr Michel Tournaire permet également de rassurer sur la 3e génération, les "petites-filles du Distilbène". L’enquête ne montre en effet pas de sur-risque d’anomalies génitales chez les filles de la 3e génération. "C’est la bonne nouvelle de l’étude", se réjouit, dans La Croix, Anne Levadou, présidente du réseau D.E.S.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plus de 80.000 filles de patientes traitées sont concernées.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-