Jeux vidéo : les ados français sont accros

Auteur(s)
AZ
Publié le 18 décembre 2014 - 11:50
Image
Une personne joue à la console.
Crédits
©Jaubert/Sipa
Un adolescent sur huit, aurait un usage problématique avec les jeux vidéo.
©Jaubert/Sipa
En France, un adolescent sur huit aurait un usage qualifié de problématique des jeux vidéo. C'est le résultat d'une enquête, rendue publique mercredi 17, et réalisée par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et la consultation jeunes consommateurs (CJC).

Candy Crush, GTA, les Sims: les adolescents les connaissent tous, peut-être même un peu trop. Selon une enquête, rendue publique mercredi 17, plus de huit jeunes sur dix déclarent jouer au moins une fois par semaine aux jeux vidéo. Mais parmi eux, 14%, soit un adolescent sur huit, auraient un usage problématique de ces jeux, du type manque, conflits ou changements d'humeur.

Menée auprès de 2.000 élèves et initiée par la consultation jeunes consommateurs (CJC) du Centre Pierre Nicole de la Croix-Rouge française et l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), l'enquête dresse un constat alarmant de l'impact des écrans sur les adolescents scolarisés. Bien plus exposés que les filles, les garçons seraient plus susceptibles de tomber dans la dépendance au jeu. Encore plus, si l'adolescent est en situation de mal-être, a déjà redoublé ou a des parents eux-mêmes souvent connectés. Les risques de devenir un joueur accro se multiplieraient aussi selon les circonstances de jeu: jouer seul ou en ligne, avoir sa propre console ou encore une multitude de jeux.

Selon l'enquête, l'encadrement des parents jouerait un rôle important dans l'usage problématique du jeu. "D'une façon générale, les profils de joueurs problématiques se retrouvent parmi les adolescents dont l'encadrement parental est faible (...). Les adolescents indiquant qu'ils ne peuvent pas parler facilement à leurs parents, ni trouver du réconfort auprès d'eux sont également plus sujets aux comportements problématiques de jeu", explique-t-elle.

Avec plus de 11 écrans à domicile, les adolescents franciliens sont suréquipés. 84 % d’entre eux ont une console de jeux, et 74 % une tablette. Les trois quarts des lycéens (60% des collégiens) ont un ordinateur dans leur chambre. Plus inquiétant: le temps passé devant un écran "atteint parfois cinq à six heures quotidiennes, y compris en semaine", souligne l’enquête.

Parmi les préférences des adolescents, les applications mobiles (Angry Birds, Candy Crush, etc) plaisent autant aux filles qu'aux garçons mais les jeux de tirs et d'action (GTA, Call of Duty) et les jeux de simulation sportive (Fifa, PES) sont plus masculins, tout comme les jeux de rôle et d'aventure (Minecraft, World of Warcraft). 

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
bayrou
François Bayrou, baladin un jour, renaissant toujours
PORTRAIT CRACHE - François Bayrou, député, maire de Pau et plusieurs fois ministres, est surtout figure d’une opposition opportuniste. Éternel candidat malheureux à la...
20 avril 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.