Malformations génitales chez les nouveau-nés : une étude met en cause les produits chimiques

Auteur(s)
JmC
Publié le 08 juin 2015 - 12:37
Image
Bébé Nouveau-né
Crédits
©Madaine/Flickr
Les bébés exposés aux produits chimiques pendant la grossesse ont des risques accrus de malformation.
©Madaine/Flickr
L'exposition à des produits chimiques comme les détergents ou les pesticides, pendant la grossesse, multiplierait par trois les risques de malformations génitales chez les nouveau-nés, selon une étude de deux chercheurs du CHU de Montpellier.

Nouvel effet néfaste de la pollution: des chercheurs viennent de mettre en évidence un risque accru de malformations génitales chez les nouveau-nés de sexe masculin quand leur mère a été exposée à certains produits chimiques (solvants, détergents, pesticides) pendant la grossesse.

Deux professeurs du CHU de Montpellier, Nicolas Kalfa (chirurgie pédiatrique) et Charles Sultan (endocrinologie pédiatrique), ont étudié pendant 5 ans dans les CHRU de Marseille, Bordeaux, Nice et Montpellier les cas de 600 enfants, dont 300 atteints d'"hypospadias", une anomalie de la verge qui touche 3 nouveau-nés sur 1.000 (l'orifice de l'urètre est anormalement positionné).

Il ressort de leur étude, publiée dans la revue European Urology, que ce risque de malformation est multiplié par trois si le foetus a été exposé, pendant la grossesse et au moment de la différenciation sexuelle, à des perturbateurs endocriniens, c'est-à-dire des produits chimiques.

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques interférant avec la régulation hormonale des êtres vivants. Ils sont susceptibles de provoquer, même à très faibles doses, une grande variété d'effets sur le foetus, notamment sur la fertilité et l'apparition de cancers.

L'étude des chercheurs du CHU de Montpellier montre que certaines professions à risque sont très exposées à ces perturbateurs endocriniens: femme de ménage, coiffeuse, esthéticienne, laborantine pour la mère, homme de ménage, agriculteur, laborantin, mécanicien, peintre en bâtiment pour le père.

L'environnement du lieu d'habitation des parents intervient aussi dans ce risque de malformation des nouveau-nés. "La présence d'une usine d'incinération, d'une décharge, d'une usine chimique ou de culture intensive dans un rayon de 3 kilomètres autour du lieu d'habitation est plus fréquente dans le cas d'enfants hypospades", souligne le Pr Sultan. Cette étude, ajoute-t-il, "démontre pour la première fois que l'exposition professionnelle habitationnelle ou domestique, et a fortiori leur association, augmente fortement le risque de malformation génitale".

Outre le risque accru d'hypospadias, la pollution par produits chimiques entraîne également chez les nouveau-nés masculins une recrudescence des cas "de micro pénis et l'apparition de glande mammaire à la puberté", selon les chercheurs.

Le Pr Sultan travaille actuellement à une autre étude qui pourrait mettre en cause de la même façon les perturbateurs endocriniens dans les cas de précocité pubertaire chez les filles, "un phénomène inquiétant" et "de plus en plus important dans le sud de la France", selon lui.

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.