Nouvelle grève des médecins contre la loi santé

Auteur(s)
VL
Publié le 30 mars 2015 - 10:58
Image
Les services d'urgences hospitaliers sont en grève.
Crédits
©Chamussy/Sipa
Les médecins fermeront à nouveau leurs cabinets mardi 31.
©Chamussy/Sipa
Plusieurs syndicats de médecins appellent à la grève pour mardi 31, premier jour de débat du projet de loi santé à l'Assemblée nationale. Le fameux tiers payant reste le principal sujet de discorde.

Mardi 31, le projet de loi santé porté par Marisol Touraine commencera à être débattu à l'Assemblée nationale. L'occasion d'une nouvelle action des syndicats de médecins hostiles à ce texte et notamment à la généralisation du tiers payant.

La CSMF (Confédération des syndicats médicaux français), MG France (syndicat de généralistes) et la FMF (Fédération des médecins de France) ont appelé les médecins à une journée de grève impliquant la fermeture des cabinets et la grève des permanences de soins.

Il devrait donc être à nouveau difficile de trouver un médecin mardi 31. Pour autant certains pourront être réquisitionnés pour assurer la continuité des soins et certains patients aiguillés vers les hôpitaux. Une manœuvre que le ministère de la Santé doit commencer à maîtriser, de nombreuses grèves émaillant depuis plusieurs mois l'élaboration de la loi santé.

Principale raison de la grogne des médecins, la généralisation du tiers payant. Le patient aurait alors moins de frais à avancer le jour de sa consultation, le médecin serait ensuite remboursé par la sécurité sociale. Les médecins dénoncent une charge de travail administrative supplémentaire, avec le risque de devoir courir après les remboursements de la sécurité sociale.

Marisol Touraine a eu beau promettre la simplicité du dispositif et un délai de remboursement de sept jours sous peine d'indemnités de retard, la grogne continue. Le système devrait selon la ministre de la Santé faire son apparition dans certains cabinets début 2017 et devenir un droit pour les assurés à la fin de cette même année.

Sur la question du tiers payant, difficile d'imaginer que les syndicats de médecins obtiennent gain de cause. Marisol Touraine a prévenu qu'il serait maintenu et le gouvernement se passerait bien d'une reculade en ce moment.