Pas de lieux culturels avant fin janvier, la réouverture des bars et restaurants au plus tôt à la mi-février

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 07 janvier 2021 - 20:35
Image
Une terrasse de café fermé sur une place de Lille, le 17 octobre 2020
Crédits
© Denis Charlet / AFP/Archives
Pas de bars ni de restaurants avant la mi-février
© Denis Charlet / AFP/Archives
Sur fond d’inquiétudes liées aux variants britannique et sud-africain du Sars-Cov-2, le gouvernement repousse les échéances, sans vraiment donner de visibilité.
 
C’est en réalité une nouvelle clause de revoyure, au 20 janvier, qui a été donnée hier aux professionnels des secteurs de la culture, du sport, de la restauration, et bien sûr de la montagne, lors de la conférence de presse de Jean Castex et Olivier Véran.
 
Le premier ministre n’a pas tergiversé :
 
« Tout ce qui est fermé le reste jusqu’à la fin du mois »
Les cafés et restaurants, ainsi que les salles de sport et les discothèques, devront encore patienter au moins jusqu’à la mi-février. Quant aux stations de ski, l’objectif est celui d’une ouverture pour les vacances de février, « mais il est évidemment prématuré de prendre une décision aujourd’hui ».
 
Ceux qui espéraient de la visibilité en seront pour leurs frais, mais il faut bien le dire, le gouvernement navigue à vue sur plusieurs plans. 
 
« Traquer le variant »
 
Les conséquences épidémiques des fêtes de fin d’année ne seront pas évaluées avant le milieu de la semaine prochaine. Surtout, le variant anglais, « plus contagieux, même chez les enfants » a confirmé Olivier Véran, et le variant sud-africain, « encore peu connu », sont au cœur des inquiétudes. 
 
Quelle est la réalité de la propagation du variant anglais en France, au-delà des 19 cas officiellement recensés ? On le saura peut-être demain ou après-demain puisque l’ensemble des tests PCR positifs et « suspects » font durant deux jours l’objet systématique d’un séquençage du génome permettant de constater s’il s’agit ou non d’un variant. 
 
Nouvelles mesures en vue
 
Outre le statu quo, y compris au niveau de la frontière avec le Royaume-Uni qui « reste fermée jusqu’à nouvel ordre » (hormis pour les routiers, ressortissants français…), Jean Castex a prévenu :
 
« Nous prendrons toutes les mesures qui s’imposent si le variant venait à se répandre »
 
Et nous sommes prévenus, cela pourrait arriver du jour au lendemain ! 
 
C’est ce qui va d’ailleurs arriver à dix départements supplémentaires, principalement à l'Est, qui passeront dès dimanche sous le régime du couvre-feu étendu, de 18 heures à 6 heures. Les départements concernés n’ont pas été nommés, leurs habitants seront avertis demain soir par leurs préfectures. 
 
Jean Castex l’a alors redit :
 
« Cela n’exclut pas des mesures nationales supplémentaires. Nous devrons réagir vite »
Quelles mesures ? Là encore aucune précision. La seule certitude porte (à priori) sur les écoles, dont la fermeture « doit toujours être envisagée en dernier recours ». 
 
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don