Quadruple amputation: un médecin de Bordeaux mis en examen

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Quadruple amputation: un médecin de Bordeaux mis en examen

Publié le 13/08/2015 à 10:10 - Mise à jour à 10:13
©Gelebart/20Minutes/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): JmC

-A +A

Un gynécologue-obstétricien du CHU de Bordeaux a été mis en examen après une quadruple amputation qu'a dû subir une de ses patientes en 2011 suite à une infection nosocomiale, contractée lors d'une IVG.

Un médecin du CHU de Bordeaux vient d'être mis en examen pour "blessures involontaires" sur une femme de 36 ans, qui avait dû subir une quadruple amputation suite à une septicémie. Il lui est reproché d'avoir trop tardé à lui administrer des antibiotiques.

Les faits se sont déroulés il y a quatre ans, en juillet 2011. La patiente, Priscilla Dray, mère de trois enfants, avait subi une interruption volontaire de grossesse (IVG). Le lendemain, un week-end, se sentant fiévreuse, elle s'était rendue aux urgences à deux reprises. Mais elle avait dû attendre deux jours pour que des antibiotiques lui soient prescrits.

Le traitement s'est révélé trop tardif. Victime d'un streptocoque pyogène de type-A, une infection nosocomiale qui détruit les tissus, elle avait dû être amputée des deux pieds, ainsi que de l'avant-bras droit et de la main gauche.

L'un des gynécologues obstétriciens de garde ce week-end-là, membre du service du professeur Horovitz réputé au CHU de Bordeaux, a été mis en cause dans un rapport de l'expert judiciaire Jean-François Lortie, un médecin du Lot-et-Garonne spécialisé dans les accidents médicaux, selon le quotidien Sud-Ouest.

Selon le rapport,  le gynécologue aurait dû prescrire à sa patiente un traitement antibiotique immédiatement après l'IVG. Son avocat, Me Arnaud Dupin, a demandé une contre-expertise. "On est sur un dossier complexe. Pour moi, cela ne rentre pas dans le cadre de l'infraction pénale. Il y a toute une chaîne de responsabilités que l'instruction devra déterminer", a-t-il déclaré. "Il y a un côté dramatique qui rappelle qu'aujourd'hui aucune opération n'est bénigne. Cela affecte le médecin qui est d'abord là pour soigner".

 

Auteur(s): JmC


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La patiente s'était rendue à deux reprises aux urgences, où on a tardé à la soigner.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-