Téléconsultation : Les médecins généralistes demandent davantage de contrôle

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 08 décembre 2023 - 17:25
Image
Téléconsultation
Crédits
Unsplash
Unsplash

Depuis la crise du Covid-19, les plateformes de téléconsultation ont explosé. Censées pallier le manque de médecins en zones rurales pour ceux qui en ont le plus besoin, elles sont devenues de dangereuses machines à sous. Le syndicat de médecins généralistes MG France souhaite des contrôles accrus.

Les plateformes sont légion : Livi, Hellocare, Helpsy... Sans nier les avantages de la technologie, MG France dénonce dans un communiqué publié le 4 décembre les téléconsultations "hors sol".

En rapportant les résultats d'études menées par la CPAM, le syndicat souligne un écart significatif entre les téléconsultations "plateformes", et les téléconsultations pratiquées par des médecins généralistes traitants.

Les premières "ont été pratiquées à 82% au bénéfice de patients de 16 à 39 ans, quand celles effectuées par les médecins libéraux ne le sont qu'à 51,8%." Aussi, "90% des téléconsultations de plateforme le sont pour des patients n'ayant pas d'ALD (affection longue durée)." Quand la CPAM n'est pas derrière pour surveiller, "26% des actes sont facturés avec des majorations de nuit ou de dimanche". Enfin, "les téléconsultations de plateforme conduisent à des prescriptions d'antibiotiques 2,5 fois plus fréquentes que celles des généralistes".

En clair, non seulement la téléconsultation ne vient pas en aide à ceux qui en ont réellement besoin, mais elle devient une vraie machine à sous qui pourrait s'avérer dangereuse. En sortant de l'école, les jeunes médecins sont appelés par les sirènes de ces entreprises privées, qui leur promettent un salaire confortable pour des téléconsultations de 4 min en moyenne. Une sinécure, mais pas une médecine responsable.

Comme le rapporte l'Humanité, la présidente de MG France explique que "ces plateformes de téléconsultation, avec des fonds privés derrière, échappent à tout contrôle depuis que l’État a aboli les réglementations. Elles n’ont pas connaissance du patient, ni de son dossier médical, ni des examens cliniques."

Pour autant, c'est une solution qui continue de se répandre comme une trainée de poudre. Récemment, c'est la SNCF qui a annoncé vouloir déployer des espaces de télémédecine dans quelque 300 gares d'ici à 2028.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.