Une étude australienne juge l'homéopathie totalement inefficace

Auteur(s)
DD
Publié le 16 mars 2015 - 18:40
Mis à jour le 17 mars 2015 - 12:15
Image
Homéopathie étude efficacité
Crédits
©Richard Craig/Flickr
Le rapport australien pointe l'inefficacité des traitements par homéopathie
©Richard Craig/Flickr
L'homéopathie est une nouvelle fois accusée d'être un traitement inefficace. Un rapport australien compilant de nombreuses études médicales passées conclut en effet à l'absence de résultats réels de cette médecine alternative.

Le débat dure depuis des décennies, et un nouveau rapport devrait encore relancer la polémique: selon une étude australienne dirigée par le Conseil australien de la santé nationale et de la recherche médicale (NHMRC en anglais), l’homéopathie n’aurait pas d’efficacité réelle d’un point de vue médical.

Le rapport, publié début mars, base sa conclusion sur l’étude approfondie de 1.800 études médicales, dont 225 ont été jugées "crédibles" car répondant à des critères scientifiques rigoureux. Portant en tout sur 65 pathologies différentes, l’ensemble de ces études ne ferait pas ressortir de résultats significatifs, autre que des "effets placebo", sur les maladies ainsi traitées. Le principe même de l’homéopathie est déjà sujet à controverses: cette thérapeutique prétend soigner une maladie en faisant ingérer au patient une dose très faible et fortement diluée d’une substance induisant les symptômes de la pathologie. Les détracteurs critiquaient déjà l’inutilité apparente d’une médecine aussi faiblement dosée, et dont on ne retrouve pas toujours la moindre molécule de principe actif dans le traitement.

Même si le faible dosage de l’homéopathie rend le traitement inoffensif en soi, le rapport met en garde contre le risque couru "si un individu repousse ou rejette les traitements dont l'efficacité a été prouvée". Cette étude n’est pas la première à pointer du doigt au mieux l’inutilité, au pire la dangerosité de l’homéopathie. Malgré tout, cette thérapeutique, partiellement remboursée par la Sécurité sociale, reste très populaire en France, 56% des Français y ayant déjà eu recours.