Une pétition anti-vaccin fait polémique, Marisol Touraine se veut rassurante

Auteur(s)
AZ
Publié le 30 mai 2015 - 14:57
Image
Photo d'illustration du vaccin contre la grippe.
Crédits
©Daniel Paquet/Flickr
Le Professeur Henri Joyeux a lancé une pétition pour dénoncer le retrait du marché en 2008 du vaccin obligatoire, le DTP.
©Daniel Paquet/Flickr
Une pétition anti-vaccination, qui dénonce les substances dangereuses du seul vaccin disponible contre le DTP, a vivement enflammé la Toile depuis sa publication. Face à la polémique, Marisol Touraine, s'est montrée rassurante en décrédibilisant l'initiative de son auteur, le Professeur Henri Joyeux.

Le débat est relancé. Alors que la pétition du Professeur Henri Joyeux sur les dangers de la vaccination a provoqué une onde de choc et recueilli plus de 500.000 signatures sur Internet, la ministre de la Santé, Marisol Touraine a tenté de rassurer les Français, en répondant à la polémique.

En marge de la visite d'un centre Tabac Info Service à Boulogne Billancourt (Hauts-de-Seine), la ministre a vivement condamné les propos du Pr Joyeux, rétorquant que "la vaccination ne se discute pas". "On ne joue pas avec des sujets aussi importants que la vaccination, on n'attise pas les craintes", a-t-elle notamment déclaré  tout en ajoutant qu'il ne faut "pas avoir de doutes pas rapport aux vaccins", même si une meilleure "transparence" sur la composition des produit pourrait être faite.

Cette pétition, signé par le Pr Joyeux, dénonce le retrait du marché en 2008 du vaccin obligatoire, le DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite) qui contraint les parents à se tourner vers un autre vaccin combiné protégeant contre des maladies supplémentaires. Pour lui, le seul disponible contre ces trois maladies à vaccination obligatoire serait l'Infanrix hexa de GSK, qui contient trois vaccins supplémentaires (coqueluche + haemophilus + hépatite B). Dans son texte, il affirme que ce produit qui protège donc contre six maladies au lieu de trois "coûte 7 fois plus cher" et contient des substances "dangereuses", voire "très dangereuses", ce que contestent les experts.

Afin de décrédibiliser l'initiative de l'auteur de la pétition et d'éviter tout mouvement de panique dans un contexte particulièrement sensible, la ministre s'est montrée rassurante. "La campagne est menée par un médecin qui s'est déclaré contre la pilule, contre l'avortement, qui a pris des positions rétrogrades sur toute une série de sujets", a-t-elle déclaré.

Ce n'est pas la première fois que le Pr Joyeux, cancérologue et ex-président de l'association Familles de France, prend activement position au sujet de la vaccination. Il s’était par exemple déjà mobilisé en 2014 contre la vaccination massive des enfants contre le papillomavirus (HPV). Connu pour ses prises de positions parfois controversées, il avait également dénoncé, il y a quelques années, les dangers de la pilule et tenu des propos contestés sur la nutrition. 

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
19/07 à 17:30
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.