Des associations de consommateurs portent plainte contre Meta pour son abonnement payant

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 29 février 2024 - 11:15
Image
Le juge belge chargé du dossier de corruption présumée au Parlement européen contraint de se retirer
Crédits
AFP/Archives - kenzo tribouillard
AFP/Archives - kenzo tribouillard

Jeudi 29 février, des associations de consommateurs issues de huit pays européens ont porté plainte contre Meta auprès des autorités de protection des données personnelles. Elles accusent le géant américain d'enfreindre les nouvelles règles numériques de l'Union européenne avec son système d'abonnement.

Depuis leur création, Facebook et Instagram ont toujours été gratuits, et tout le monde les utilisait en sachant plus ou moins clairement la quantité de données personnelles collectées. L'année dernière, notamment avec l'application du Digital Services Act (DSA) — qui s'est ajouté au RGPD, l'Union européenne a décidé de faire la guerre à la collecte de données intempestive.

Depuis novembre 2023, Meta a donc dû trouver un autre chemin pour arriver à ses fins. Pas difficile : soit vous payez, soit vous acceptez qu'on collecte vos données. Là, c'est beaucoup plus clair. Chaque utilisateur de compte Instagram ou Facebook refusant la collecte de ces données doit payer 9,99 euros par mois s'il règle via ordinateur, ou 12,99 euros s'il passe par les applications sur smartphones. Pile, je gagne, face, tu perds.

L'UFC-Que Choisir appelle ça "un écran de fumée destiné à détourner l'attention du consommateur quant au traitement illicite de ses données personnelles". "Ce genre de modèle commercial fondé sur la surveillance pose toutes sortes de problèmes par rapport au RGPD. Il est temps que les autorités chargées de la protection des données mettent un terme au traitement abusif des données par Meta et à la violation des droits fondamentaux" des utilisateurs, estime quant à elle Ursula Pachl, directrice générale adjointe du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC).

Elle rappelle que le RGPD exige que le consentement soit "librement donné", alors que Meta "tente de contraindre les consommateurs à accepter le traitement de leurs données à caractère personnel".

Comme le rapporte l'AFP, les plaintes des associations sont déposées de façon coordonnée auprès des autorités de protection des données en France, Slovénie, Espagne, Slovaquie, Danemark, Norvège, Grèce et République tchèque. La décision sera centralisée, et devrait en principe revenir à l'autorité irlandaise de protection des données, puisque c'est dans ce pays qu'est établi le siège européen de Meta.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Anne Hidalgo
Anne Hidalgo : Fluctuat nec mergitur..., quoi que !
PORTRAIT CRACHE - Edile un jour ne rime pas forcément avec idylle toujours. Cela fait 10 ans, presque jour pour jour, que la socialiste Anne Hidalgo est maire de Paris...
06 avril 2024 - 15:39
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.