Chandrayaan-3 : l'Inde entre dans l'histoire en se posant pour la première fois sur le pôle Sud de la Lune

Auteur(s)
Trina Banderas, France-Soir
Publié le 23 août 2023 - 18:30
Image
Chandrayaan-3
Crédits
AFP / ISRO
Chandrayaan-3 a réussi son alunissage !
AFP / ISRO

ESPACE - Chandrayaan-3 devient le premier vaisseau spatial à se poser sur le pôle Sud de la Lune et le quatrième à effectuer un atterrissage en douceur sur la surface lunaire. Le rêve de créer des colonies permanentes sur notre satellite naturel grâce à la présence de glace d'eau va-t-il se concrétiser ? 

Succès pour l'Inde dans la course à l'espace pour se poser sur le pôle Sud de la Lune. "Il a atterri sur la Lune", a confirmé un membre de l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), sous les applaudissements et sous le regard du Premier ministre indien, Narendra Modi.  

Exploit

C'est la première fois dans l'histoire qu'un engin spatial réalise un tel exploit et c'est un succès retentissant pour l'Inde, qui a passé près de 30 ans à faire des recherches et à se préparer pour ce moment. "Ce succès n'est pas seulement pour l'Inde, il est pour l'humanité tout entière", a déclaré M. Modi. 

Le vaisseau spatial Chandrayaan-3 (qui signifie "vaisseau lunaire" en sanskrit) s'est envolé pour la Lune le 14 juillet, et son alunissage s'est achevé mercredi 23 août, à 14h34 GMT. Le coût total de la mission est estimé à 70 millions d'euros et son objectif principal est de prouver qu'un tel alunissage était possible.

Elle permettra également d'analyser la composition chimique et géologique du terrain, qui n'a jamais été exploré auparavant. 

Un alunissage complexe sans défaillance technique 

L'Inde, par l'intermédiaire de son Agence indienne de recherche spatiale (ISRO) et du vaisseau spatial Chandrayaan-3, s'est trouvée confrontée à un défi de taille : faire atterrir une sonde sur la lune sans la moindre défaillance technique, ce qui était impossible jusqu'à présent. Seuls les États-Unis, la Chine et l'Union soviétique avaient réussi à poser une sonde sur la lune, mais personne n'avait jamais atterri au pôle Sud. 

L'atterrissage au pôle Sud lunaire est particulièrement complexe en raison du terrain escarpé. Cependant, c'est l'un des principaux objectifs des agences spatiales de plusieurs pays depuis des années en raison des réserves de glace que l'on trouve dans cette partie du satellite. Ces réserves seraient essentielles pour l'établissement d'une base habitée qui servirait de rampe de lancement pour de futures missions spatiales, y compris un voyage vers Mars. 

15 minutes de terreur 

Les manœuvres ont commencé une demi-heure avant l'alunissage et les 15 dernières minutes sont cruciales pour la réussite de la mission. Cette fenêtre de temps est connue sous le nom de "15 minutes de terreur" et se compose de quatre phases :

  • La phase de freinage brusque, au cours de laquelle le vaisseau passera de 6.000 kilomètres à l'heure à une vitesse presque nulle,
  • la phase de maintien de l'altitude, qui se déroule à environ sept kilomètres au-dessus de la surface lunaire,
  • la phase de déplacement horizontal pour se positionner avec en ligne de mire le point d'atterrissage,
  • et la descente finale, dernière étape où le module se pose. 

En 2019, Chandrayaan-2, qui avait le même objectif que la sonde actuelle, a perdu le contrôle entre la deuxième et la troisième phase. L'atterrisseur n'a pas pu ralentir à la vitesse requise ni se positionner sur le site d'atterrissage, et s'est donc écrasé sur la surface lunaire. Mercredi, la manœuvre d'atterrissage a été 100% automatique et s'est déroulée sans aucun incident technique. 

Ces dernières années, plusieurs missions spatiales ont tenté de mener à bien cette mission. La dernière a eu lieu il y a quelques jours : la mission russe Luna-25 a échoué, sa sonde s'étant écrasée sur la surface lunaire. La mission japonaise Hakuto-R a connu le même sort en avril dernier, après avoir perdu les communications avec sa sonde.

À LIRE AUSSI

Image
Lune
Objectif Lune : la course mondiale vers l’espace
SPATIAL - Les États-Unis, la Russie ou l'Union européenne ne sont pas les seules puissances à explorer l'espace : de nouveaux pays ont rejoint la liste des programmes ...
17 août 2023 - 10:00
Société
Image
TP International
En Russie, objectif Lune pour Luna-25
DÉPÊCHE — Vendredi 11 août, la Russie lancera son atterrisseur Luna-25 sur la Lune. L'agence spatiale russe Roscosmos peinant depuis des décennies à réaliser ses propr...
07 août 2023 - 18:40
Société
Image
TP Innovation et Technologie
Le patron d'OpenAI lance sa cryptomonnaie "Worldcoin"
DÉPÊCHE — Sam Altman, le patron de la start-up d'intelligence artificielle OpenAI — à l'origine de ChatGPT, a lancé "Worldcoin" ce lundi 24 juillet. Technologie quand ...
24 juillet 2023 - 12:25
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.