Google et les droits de la presse : une amende record de 500 millions d’euros

Google et les droits de la presse : une amende record de 500 millions d’euros

Publié le 13/07/2021 à 13:05 - Mise à jour à 16:13
© Bryan R. Smith / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Ce jour, l’autorité de la concurrence inflige à Google une amende de 500 millions d’euros pour non respect de plusieurs décisions prononcées en avril 2020 relatives aux droits voisins du droit d'auteur. La société Google a fait la sourde oreille depuis plus d’un an et la sanction est tombée.

Qu’est-il demandé à Google ?

Dans ses services proposés aux internautes, comme par exemple dans son moteur de recherche, Google utilise depuis de nombreuses années une partie des contenus produits par des éditeurs, médias et agences de presse français, sans aucune contrepartie. Il est demandé à Google de proposer une offre de rémunération aux éditeurs pour l’utilisation de leurs contenus protégés aux noms des droits d’auteurs. 

L’autorité ajoute que si cela n’est pas fait dans un délai de deux mois, Google se verra infliger des astreintes pouvant atteindre jusqu’à 900 000 euros par jour de retard. La plainte initiale émane du syndicat des éditeurs de presse magazine, de l’alliance de presse d’information générale, et de l’Agence France Presse. Elle fait suite à la loi du 24 juillet 2019 tendant à créer un droit voisin au profit des agences et des éditeurs de presse. 

Les principales injonctions sont les suivantes :

- négocier de bonne foi selon des critères objectifs, transparents et non discriminatoires.
- communiquer aux éditeurs les informations nécessaires à une évaluation transparente de la rémunération due.
- neutralité sur les modalités d’indexation, de classement et de présentation des contenus protégés des éditeurs et agences de presse sur les services de Google au cours des négociations relatives aux droits voisins.
- neutralité des négociations relatives aux droits voisins vis-à-vis de toute autre relation économique qu’entretiendrait Google avec les éditeurs et agences de presse.

La note est salée pour Google, et fera date, ce qui pousse certaines personnes à se demander si les autorités auront le pouvoir de la faire réellement exécuter.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




l’autorité de la concurrence inflige à Google une amende de 500 millions d’euros pour non respect de plusieurs injonctions

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-