Google prêt à payer 390 millions de dollars pour arrêter les investigations sur son utilisation des données de géolocalisation

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 01 décembre 2022 - 14:40
Image
Logo de la multinationale américaine Google
Crédits
AFP PHOTO / LOIC VENANCE
Google doit verser 390 millions de dollars à 40 Etats américains
AFP PHOTO / LOIC VENANCE

En 2018, à la suite de révélations publiées dans le média The Associated Press qui affirmaient que Google enregistre les mouvements de ses utilisateurs, y compris lorsque les paramètres de localisation ne sont pas activés, les procureurs généraux de 40 États américains ont ouvert une enquête autour de la manière dont le moteur de recherche recueille les données. Le géant du numérique a préféré verser 391,5 millions de dollars aux États en question dans le but de mettre fin aux investigations en cours. 

Ce 23 novembre, invité sur le plateau de l'émission « Just The News, No Noise » de la chaîne du câble américain Real America’s Voice, le procureur général de la Caroline du Sud Alan Wilson est revenu sur l’accord amiable trouvé le 14 novembre entre le géant américain Google et plusieurs États américains : « Le plus important jamais conclu avec des procureurs généraux de plusieurs États autour de la protection des informations personnelles aux États-Unis ».

« Je dis aux gens que quand vous utilisez une application ou une plateforme, que ce soit Google, Tik Tok ou Snapchat, ou Twitter ou n’importe quoi d’autre, si vous recevez un service gratuit ou une marchandise gratuite de la part d’une société de technologie « Big Tech », vous êtes en fait le bien ou le service qui est vendu. Ce sont vos données qui sont monétisées, et donc rien n’est vraiment gratuit », a confié Alan Wilson au journaliste John Solomon.

Google sous le feu des accusations

Un communiqué officiel du bureau du procureur général de Caroline du Sud publié le 14 novembre 2022 rappelle que les procureurs généraux de 40 États américains avaient ouvert cette enquête à la suite de l'article du 14 août 2018 de The Associated Press dans lequel le média affirme que « Google enregistre vos mouvements même lorsque vous lui dites explicitement de ne pas le faire »

L'article de presse en question se concentrait sur deux aspects contradictoires des paramétrages des comptes Google : « l'historique des positions » et « l'activité sur le web et les applications ». L’historique de localisation d’un utilisateur peut être désactivé manuellement dans les paramètres personnels d’utilisation du compte, mais dans le même temps, la géolocalisation reste activée dans l’option distincte « activité sur le web et les applications » pour tous les utilisateurs de téléphones Android. Google peut donc continuer à recueillir les données de localisation d'un usager qui a expressément refusé d'être tracé, et utilise ensuite ces données récoltées sans le consentement de ses clients à des fins de ciblage publicitaire.

Plutôt que de voir un procès s'ouvrir, le GAFAM a choisi de passer un accord avec les 40 États américains. Selon les propos d’un des porte-paroles de la société américaine rapportés par Libération le 14 novembre 2022, l’entreprise s'inscrit en faux, assurant avoir mis fin à cette pratique « il y a des années » : « Conformément aux améliorations que nous avons réalisées ces dernières années, nous avons mis fin à cette investigation qui était basée sur des règlements obsolètes, que nous avons changés il y a des années ».

Google sommé d'être plus transparent

Néanmoins, dans l’accord, les procureurs généraux soutiennent avoir constaté que Google avait enfreint les lois de protection des consommateurs depuis au moins 2014 en semant la confusion chez ses utilisateurs. Aussi, pour se mettre en conformité, cet accord oblige Google à être plus transparent sur ses pratiques de géolocalisation. Google doit indiquer plus clairement quelles données de localisation sont récoltées et la manière dont elles sont utilisées, y compris lorsque la fonctionnalité est désactivée sur un service mais pas sur d’autres (moteur de recherche ou bien des applications tels que Google Maps).

En septembre 2022, c’était la justice européenne qui avait infligé un revers cinglant au géant américain de l'internet en lui imposant une amende record de 4,1 milliards d'euros pour abus de position dominante de son système d'exploitation Android.

À LIRE AUSSI

Image
Le logo de Google incorporant un portrait de la reine Elizabeth II le 16 octobre 2008 au siège…
Concurrence: la justice de l'UE valide une amende record contre Google
La justice européenne a infligé un revers cinglant au géant américain de l'internet Google en confirmant mercredi une amende record infligée en 2018 par Bruxelles pour...
13 septembre 2022 - 18:15
Image
twitter
Twitter : Elon Musk annonce le rétablissement des comptes suspendus pour la semaine prochaine
Le nouveau patron de Twitter Elon Musk a annoncé jeudi qu'il allait rétablir dès la semaine prochaine les comptes suspendus sur la plateforme, « à condition qu'ils n'a...
25 novembre 2022 - 10:25
Société
Image
Google s'est vu infliger par la Cnil une nouvelle amende, de 150 millions d'euros, pour ses pratiques en matière de "cookies"
Vie privée: lourdes amendes infligées en France à Google et Facebook pour leurs "cookies"
La Cnil, gardienne de la vie privée des Français, a infligé de lourdes amendes de respectivement 150 et 60 millions d'euros à Google et Facebook pour leurs pratiques e...
06 janvier 2022 - 11:34
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.