Le confinement sous l'oeil des drones à Paris, Nice et en Bretagne

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 25 mars 2020 - 09:50
Image
Un drone survole la Promenade des Anglais à Nice, le 19 mars 2020
Crédits
© VALERY HACHE / AFP
A Nice, le drone surveille la promenade des Anglais
© VALERY HACHE / AFP
Pour surveiller l’application des mesures de confinement, des drones survolent désormais les rues de Paris comme les plages de Nice et de Bretagne.
 
Les autorités ont prévenu: la surveillance du respect du confinement se renforce sur l’ensemble du territoire. Dans plusieurs villes, elles ont donc fait appel à un dispositif de surveillance bien particulier, les drones. Ils permettent des survols aériens sans avoir recours à l’hélicoptère. 
 
Surveillance et dissuasion 
 
C’est ainsi qu’à Nice, un engin volant équipé d’un haut-parleur survole désormais la promenade des Anglais, interdite au public, parfois le centre-ville. Le drone surveille et s’exprime: il diffuse des messages enjoignant les habitants à rester chez eux. 
Le même système est utilisé à Ajaccio, en Corse, où l’appareil rappelle à l’ordre ceux qui auraient la mauvaise idée de se faire bronzer et se penseraient bien cachés. Les gendarmes bretons ont eux aussi recours à cette technologie, notamment sur les chemins côtiers. Avantage: «Les drones peuvent rapidement se porter sur une zone éloignée». Sans oublier l’aspect dissuasif, la gendarmerie des Côtes d’Armor prévient sur sa page Facebook, en publiant une vidéo. 
 
A Paris aussi
 
A Paris, la préfecture de police était en phase de tests vendredi dernier et en début de semaine, les drones commencent à décoller.
Les autorités disposent d’une vingtaine de drones polyvalents, capables de voler à 150 mètres de hauteur, avec une autonomie d’environ vingt minutes. Quant au haut-parleur, sa puissance sonore est de 100 db. 
Pour le préfet de police, Didier Lallement, ces engins font partie «des moyens de recueillir l’information», mais n’ont pas vocation à se substituer aux hommes de terrain. «Ce n’est un drone qui va remplacer une force de police, cela va de soi». Et appliquéer des amnedes.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.