Meta annonce la fin de son outil CrowdTangle avant les élections américaines

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 02 avril 2024 - 11:50
Image
Crowdtangle
Crédits
France-Soir
CrowdTangle, un logiciel très utilisé par les journalistes et les chercheurs et considéré comme “essentiel” pour “repérer” et “analyser la désinformation”, sera bientôt mis hors service
France-Soir

CrowdTangle, un logiciel très utilisé par les journalistes et les chercheurs et considéré comme “essentiel” pour “repérer” et “analyser la désinformation”, sera bientôt mis hors service, a annoncé son propriétaire, le groupe Meta. La firme de Palo Alto, qui prévoit de remplacer CrowdTangle par un nouvel outil, est sous le feu des critiques. Des ONG appellent à maintenir ce logiciel jusqu’à janvier 2025, c’est-à-dire après les élections américaines, tandis que d’autres accusent le géant du web de “régresser” en matière de transparence. Si Meta n’a dévoilé aucun détail sur les raisons de la prochaine mise hors service de son outil, les spéculations vont bon train et nombreux attribuent cette décision au fait que des journalistes aient utilisé CrowdTangle pour justement dévoiler des informations gênantes pour le groupe.

Facebook a fait l’acquisition de cet outil en 2016. Le logiciel, dont l’interface rappelle TweetDeck, permet de faire une veille des contenus les plus viraux sur ce réseau social ainsi que sur Instagram. Le but initial est d’effectuer “une veille sur les contenus des médias sociaux, surveiller son e-réputation et détecter facilement les sujets tendances”. L’outil est peu à peu devenu très utilisé par les journalistes, y compris des médias importants, ou des chercheurs pour repérer les fake news, notamment durant les élections Biden-Trump de 2020 ou pendant la pandémie de COVID.

Les journalistes exclus ?

En 2019, le groupe Meta avait dévoilé avoir mis CrowdTangle à la disposition de fonctionnaires à l’occasion de scrutins dans certains États américains. Pour les élections de 2024, aux États-Unis comme ailleurs, les journalistes devront s’en passer. La maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp explique que l’outil ne sera plus disponible après le 14 août et sera remplacé par un autre logiciel.

Telle est, officiellement, la raison avancée par la firme de Mark Zuckerberg, pour justifier la mise à l’arrêt de l'outil. Brandon Silverman, ancien DG de CrowdTangle, explique que le nouveau programme est toujours en cours de développement. “C'est une toute nouvelle technologie que Meta doit encore construire pour protéger l'intégrité des élections”, tente-t-il de rassurer. Le porte-parole de Meta, Andy Stone, affirme de son côté que le nouvel outil contiendra “des données plus complètes” que CrowdTangle.

Toutefois, précise-t-il, la solution ne sera pas mise à la disposition de médias, à l’opposé des universitaires et des associations électorales qui pourront continuer à utiliser ce service alternatif. Selon des chercheurs, le futur successeur de CrowdTangle n'aura pas non plus les mêmes fonctionnalités.

La nouvelle a suscité des retours mitigés. Organisations non gouvernementales et chercheurs s’opposent contre une telle décision. Néanmoins, les interprétations de cette annonce divergent. La fondation Mozilla, ONG mondiale à but non lucratif qui estime que cette annonce n’est pas une surprise compte tenu de la baisse des investissements dans CrowdTangle, a adressé à Meta une lettre ouverte pour demander la conservation de l’outil jusqu’en janvier 2025. "L'abandon de CrowdTangle alors que la bibliothèque de contenus est dépourvue d'une grande partie de ses fonctionnalités de base porte atteinte au principe fondamental de transparence", et constitue une "menace directe" pour l'intégrité des élections, estiment les signataires.

“Grave régression” pour la transparence

Pour Melanie Smith, directrice de recherche de l’Institute for Strategic Dialogue, “la suppression de l'accès à CrowdTangle limitera considérablement la surveillance indépendante des dommages” pouvant être provoqués par la désinformation. En plus, “il s'agit d'une grave régression pour la transparence sur les réseaux sociaux”.

La décision de Meta s’inscrirait, selon des observateurs, dans la tendance des géants du web à réduire leur transparence. La mise hors service de CrowdTangle serait liée à la publication, ces derniers mois, par des journalistes d’informations compromettantes sur le groupe, en se servant justement de son outil. On cite à titre d’exemple la difficulté du groupe à modérer ses contenus ou la présence de programmes piratés dans son application de jeux vidéo. CrowdTangle a ainsi permis, estime-t-on, de "tenir Meta responsable de l'application de ses propres règles".

“La décision de Meta interdira au monde extérieur, y compris aux experts en intégrité électorale, de voir ce qui se passe sur Facebook et Instagram – au cours de la plus grande année électorale jamais enregistrée. Cela signifie que presque tous les efforts extérieurs visant à identifier et prévenir la désinformation politique (..) seront réduits au silence. Il s'agit d'une menace directe à notre capacité à sauvegarder l'intégrité des élections”, poursuit la fondation Mozilla dans sa lettre.

Il n’est pas uniquement question d’élections, aux États-Unis ou ailleurs, mais également de contenus problématiques comme les incitations à la violence ou le harcèlement. En outre, rappelons que la firme de Palo Alto, déjà critiquée pour l’implication de ses plateformes dans le trafic d’êtres humains, est soupçonnée d'avoir facilité le trafic illicite de médicaments.

À LIRE AUSSI

Image
Meta
Meta, société-mère de Facebook, soupçonnée de faciliter, et de profiter de trafic de médicaments sur ses plateformes
Déjà critiqué pour l’implication de ses plateformes dans le trafic d’êtres humains, le groupe Meta est cette fois-ci soupçonné par l’État de Virginie d'avoir facilité ...
18 mars 2024 - 11:20
Société
Image
Google procès
Google conclut un accord pour éviter un procès à 5 milliards de dollars
TECH - Visé actuellement par de nombreuses procédures judiciaires, Google a conclu la semaine dernière un accord à l’amiable pour mettre fin à une action collective au...
02 janvier 2024 - 10:13
Société
Image
Breton
Règlement sur les services numériques (DSA) : une tentative européenne d’imposer l’autocensure aux réseaux sociaux
LIBERTÉ D'EXPRESSION - Ce vendredi 25 août, le règlement sur les services numériques (DSA) entre officiellement en vigueur. La loi Avia, pourtant censurée par le Conse...
23 août 2023 - 16:30
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.