Un robot sexuel "frigide" pour être violé ou "d'à peine 18 ans" qui encouragerait la pédophilie

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 20 juillet 2017 - 21:38
Image
Des robots sexuels.
Crédits
©Capture d'écran
Les robots sexuels à intelligence artificielle se vendent pour environ 8.500 euros (illustration)..
©Capture d'écran
Le fabriquant de robots sexuels True Companion a mis au point des versions personnalisées, dont l'une "n'apprécie pas les avances" et une autre et "si jeune " qu'il faut lui "apprendre" des choses. Certains dénoncent des machines qui encourageraient le viol et la pédophilie.

Cette "innovation" fait déjà scandale aux Etats-Unis. Une compagnie spécialisée dans la conception de robots sexuels a intégré dans son dernier modèle des fonctions qui permettraient de simuler un viol ou qui, selon ses détracteurs, encourageraient la pédophilie, dévoilait mercredi 19 The Independent.

Le robot commercialisé par la société True Companion se nomme Roxxxy. Il est possible de s'offrir ce sextoy high-tech  pour environ 10.000 dolllars (8.600 euros). De taille réelle et personalisable, les Roxxxy peuvent accomplir 50 positions sexuelles différentes.

Mais elles peuvent aussi avoir des personnalités différentes selon le réglage et être donc plus ou moins entreprenante. Parmi ces cinq possibilités on retrouve "Frigide Farrah", une version "réservée et timide" selon le site de True Companion, qui n'apprécierait pas trop le contact physique: "Si vous touchez ses parties intimes, il est plus que probable qu'elle n'appréciera pas vos avances".

Difficile de parler de consentement pour un robot, mais pour beaucoup, cela revient à simuler le viol, et par conséquent à le banaliser voire à l'encourager.

Il en est de même pour la personnalité "Young Yoko", décrite comme ayant "à peine 18 ans" et qui "attend qu'on lui apprenne" des choses. Une version qui encouragerait, elle, la pédophilie.

Entre les tenant de cette théorie et ceux qui au contraire juge que ces produits peuvent servir d'exutoires et donc prévenir les crimes sexuels, le débat fait rage.

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don