Homophobie : un agent Thalys suspendu après avoir empêché deux femmes de s'embrasser

Auteur(s)
AZ
Publié le 14 mars 2015 - 11:16
Image
Un train Thalys.
Crédits
©Meigneux/Sipa
Thalys a pris des mesures anti-homophobie suite à la plainte déposée par une cliente.
©Meigneux/Sipa
Un employé du Thalys a été suspendu par la compagnie ferroviaire après avoir empêché deux femmes de s'embrasser sur un quai de la gare du Nord à Paris. Alertée par l'organisation All Out, la société a promis des formations contre l'homophobie.

La discrimination fait encore rage. Alors que deux femmes se faisaient un baiser d'adieu sur un quai de la gare du Nord à Paris, à la mi-février, un employé de Thalys a interrompu ce geste, jugé par lui "intolérable". Face aux protestations du couple, l'agent aurait alors répondu: "je ne fais que mon travail, c'est une gare, il y a des enfants". L'homme aurait par la suite assuré que le baiser ne lui aurait pas posé problème dans le cas d'un couple hétérosexuel. Ce comportement choquant l'est d'autant plus lorsque l'on sait que Thalys a toujours été soucieuse d'entretenir son image "gay-friendly". En 2013, l'entreprise avait réalisé une campagne publicitaire "Thalys Hugs" qui mettait en avant un couple d'homosexuels. Elle avait même défilé à plus marches des fiertés à Amsterdam.

Furieuse contre cet acte homophobe, une des deux jeunes femmes a formulé une réclamation quelques jours plus tard auprès de la compagnie ferroviaire. Mais la réponse de Thalys, loin d'être suffisante à l'égard de la plaignante, n'a pas convaincu. "J'ai eu un message pour me dire qu'ils enquêtaient ainsi que de vagues excuses. Je pense que j'aurai reçu le même email si mon train avait eu du retard", a déclaré Mirjam, l'une des deux femmes.

Les évènements se sont accélérés lorsque l'association de lutte contre les discriminations homophobes All Out a relayé l'incident, en lançant une pétition en ligne. "Formez toute les équipes de Thalys à traiter (leurs) millions de clients de la même manière, quelle que soit l'identité de la personne", avait-elle écrit. Ce à quoi la compagnie ferroviaire a répondu dans la journée: "chaque incident sur le terrain donne lieu, chez nous, à des analyses qui permettent d'améliorer nos formations. Cette affaire nous interpelle profondément: à compter d'aujourd'hui, elle va être introduite dans nos process comme un cas-type, et faire référence pour sensibiliser nos agents". Par le biais d'un communiqué, la compagnie a également rappelé "son attachement aux valeurs d'ouverture et de respect, qui ne saurait s'accommoder d'aucun mot ou acte homophobe".

Sur Twitter, la société, a annoncé que "l'enquête lancée dès le signalement de cet acte homophobe a conduit à la suspension de cet employé, dans l'attente de futurs développements". 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.