Pécresse : la SNCF remboursera 50% des abonnements Navigo pour avril et mai

Auteur:
 
Par AFP - Paris
Publié le 23 mai 2018 - 09:50
Image
Une personne montre son passe Navigo devant une station de métro à Paris le 14 décembre 2014
Crédits
© ELIOT BLONDET / AFP/Archives
Une personne montre son passe Navigo devant une station de métro à Paris le 14 décembre 2014
© ELIOT BLONDET / AFP/Archives

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse (LR) a annoncé mercredi que la moitié du prix des passes Navigo serait remboursée par la SNCF pour les mois d'avril et mai, afin de compenser les désagréments liés à la grève en pointillé entamée en avril par les cheminots.

"Je peux aujourd'hui annoncer que la SNCF remboursera 50% du passe Navigo à tous les abonnés SNCF pour le mois d'avril et de mai", a déclaré sur RTL la présidente d'Île-de-France Mobilités, l'autorité organisatrice des transports publics dans la région parisienne, avant d'ajouter qu'un rabais similaire serait appliqué aux détenteurs de la carte Imagine R, destinée aux jeunes.

"Les modalités de dédommagement seront précisées sur le site mondedommagement.transilien.com qui sera mis en place par SNCF à partir de mi-juin", ont complété dans un communiqué conjoint la SNCF et Île-de-France Mobilités (ex-Stif).

"Pour les salariés qui bénéficient du remboursement employeur, ce geste commercial est l'équivalent de 2 mois de Passe Navigo", ajoutent les deux organismes dans ce document.

Pour ce qui est des lignes "qui ont été sinistrées, sans trains et sans alternative, notamment en Seine-et-Marne, il a été convenu le principe d'un geste complémentaire dont les modalités restent à définir", indiquent-elles encore.

Le geste commercial de la SNCF devrait se chiffrer "en dizaines de millions" d'euros pour l'entreprise publique, "intégralement responsable" des désagréments aux yeux de Valérie Pécresse, qui salue malgré tout les "cheminots qui travaillent".

Mercredi sera le premier jour du 11e épisode de la grève lancée début avril par les syndicats CGT Cheminots, Unsa ferroviaire et CFDT Cheminots - SUD-Rail, autre syndicat représentatif à la SNCF, ayant lancé de son côté un appel illimité à la grève.

Aucune mesure n'a été arrêtée pour juin, la présidente de région disant "espérer" que la grève ait cessé d'ici au mois prochain. "Je demande que la grève s'arrête. Je pense qu'on est arrivés à un point où on sait quelle est la réforme, le gouvernement a fait les gestes d'apaisement nécessaires", a-t-elle jugé.

Au début du mois de mai, le patron de la SNCF Guillaume Pepy avait annoncé que les abonnés qui voyagent quotidiennement en TER (Train express régional) bénéficieraient d'une remise de 50% sur leur abonnement pour le mois de juin.

Si elle "respecte le droit de grève", Mme Pécresse estime que "l'avenir de la SNCF passe par une réforme", pour que la compagnie ferroviaire soit "prête et performante" quand "un jour, l'ouverture à la concurrence se fera".

Elle conteste par ailleurs la légitimité du référendum lancé par les cheminots sur la réforme ferroviaire, considérant "qu'il peut y avoir beaucoup de manipulations dans une consultation pas encadrée ni scrupuleusement scrutée."

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.