Transports pendant les JO-2024 : mobilisation générale pour éviter le chaos

Auteur(s)
AFP
Publié le 12 avril 2024 - 13:00
Image
paris en travaux
Crédits
Baptiste / AFP
Baptiste / AFP

Des exploits pour les athlètes, des records de distance à pied pour les autres ? Les transports en région parisienne seront mis à l'épreuve pendant les Jeux olympiques et leurs organisateurs ont sonné la mobilisation générale pour éviter le chaos. 

Les autorités affirment être prêtes à accueillir les quelque 7 millions de spectateurs attendus du 26 juillet au 11 août ; le plan d'Ile-de-France Mobilités (IDFM), l'établissement régional des transports, est achevé, des milliers de navettes sont prévues, 3.000 vélos en libre-service supplémentaires ont été déployés, près de 400 kilomètres de voies cyclables ont été aménagées. 

Mais le transport des spectateurs pendant les Jeux, les premiers de l'histoire à interdire l'accès en voiture aux sites, continue de susciter de l'inquiétude alors qu'au quotidien les usagers sont déjà confrontés à un réseau souvent saturé et sujet à des incidents. 

Pour éviter la thrombose, IDFM a voté des renforts sur la plupart des lignes du métro et du RER (trains express régionaux), avec en moyenne 15% de trains en plus qu'un été normal. 

Pour la présidente d'IDFM, la présidente de la région Valérie Pécresse, le réseau est largement adapté : il s'agira de transporter autant de personnes qu'un jour ouvré en hiver, mais avec des pics soudains. On devrait dépasser les 500.000 spectateurs sur au moins deux journées, le 28 juillet et le 2 août. 

- "Sortir son vélo" - 

Par endroits, l'offre a été fortement augmentée, comme sur la ligne 9 où on comptera 61% de métros en plus pour desservir le Parc des Princes et Roland-Garros, une zone où l'on craint une saturation. 

En outre, de nouvelles infrastructures vont ouvrir, comme le prolongement de la ligne 14 de métro jusqu'à l'aéroport d'Orly au sud de Paris et à Saint-Denis-Pleyel au Nord. 

Malgré cela, les autorités appellent ceux qui le peuvent à éviter les transports pendant la période. "Il ne faut pas avoir peur de faire un peu de marche, c'est bon pour la santé", a lâché Mme Pécresse. "C'est peut-être le moment de sortir son vélo", a renchéri le ministre délégué aux Transports Patrice Vergriete. 

En mai, IDFM doit présenter son application "Transport public Paris 2024" qui doit permettre de répartir les flux de spectateurs. 

Le gouvernement a lancé un siteanticiperlesjeux.gouv.fr , pour tester et adapter son trajet. Illustré notamment... par la photo d'une femme en télétravail. 

Pour les automobilistes, il s'agira d'éviter les zones fermées et de prendre en compte les goulets d'étranglement des "voies olympiques" réservées aux accrédités. 

Ces voies "vont être contraignantes", concède David Juin, chargé de la coordination routière des Jeux pour la Direction des routes Ile-de-France (Dirif), en se disant néanmoins "plutôt confiant" car la circulation est de toute façon moins importante en été. 

En 2012 pendant les JO de Londres, les autorités avaient réussi à faire baisser le trafic routier de 15%. 

- Périodes critiques - 

"L'objectif est de donner de l'information aux usagers en amont", via l'application de trafic de la Dirif "Sytadin", la radio trafic 107.7 FM ou sur les panneaux lumineux des autoroutes, complète M. Juin. 

Le gestionnaire des aéroports parisiens, ADP, s'est lui aussi mis en ordre de bataille, même s'il n'attend pas de "surcroît de trafic significatif" par rapport à un été normal, quand Paris-Charles-de-Gaulle (CDG) voit transiter plus de 200.000 passagers par jour et Orly 100.000. 

ADP a réservé des parcours aux délégations, dont, au départ, un enregistrement des bagages au village olympique et un terminal dédié à CDG. "Les infrastructures sont prêtes", dont dix nouvelles lignes d'inspection des bagages à main à CDG et cinq à Orly, indique Edouard Arkwright, directeur général exécutif d'ADP. 

Mais deux périodes critiques se profilent : CDG et Orly seront fermés le soir du 26 juillet, à la veille d'un week-end de grands départs, car voler sera interdit dans un rayon de 150 kilomètres autour de Paris pendant la cérémonie d'ouverture. Le système sera aussi sous tension dans les 48 à 72 heures après la cérémonie de clôture, quand une grande partie des accrédités et spectateurs repartira. 

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.