Zéro alcool au volant : "si on change tous un peu, on va tout changer"

Auteur(s)
Victor Lefebvre
Publié le 25 septembre 2015 - 19:15
Image
Un ethylotest.
Crédits
©Sipa
"Quand on prend le volant et qu'on a bu, c'est toujours une erreur", juge Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes.
©Sipa
A l'occasion de la campagne lancée par 40 millions d'automobilistes pour ne pas boire du tout avant de prendre le volant, son délégué général Pour Pierre Chasseray répond à "FranceSoir".

L'association 40 millions d'automobilistes a lancé ce vendredi 25 une campagne intitulée: "Je suis un héros, je roule à zéro" . Elle appelle les automobilistes à ne pas boire avant de conduire, même si la limite actuelle tolère 0,5 gramme d'alcool par litre de sang.

Depuis le 1er juillet dernier, le taux d'alcoolémie pour les jeunes conducteurs a été abaissé à 0,2g/l. Pour Pierre Chasseray, délégué général de l’association, cette mesure signifie qu'un taux supérieur représente un danger et que cette règle devrait donc être généralisée. Il répond aux questions de FranceSoir.

 

> Après s'être opposée aux baisses des limitations de vitesses, l'association 40 millions d'automobilistes lance une campagne qui défend des règles plus strictes en matière d'alcoolémie.

"Ce n'est pas du tout une campagne de répression, c'est de la prévention. Il y a une règle pour les jeunes, on les pointe du doigt, et pour les autres rien. On instaure un taux à 0,2g/l pour les jeunes et les transports scolaires et pour les autres ce ne serait pas dangereux. Il y a une incohérence. Soit on considère que c'est dangereux et c'est 0,2g/l pour tout le monde, soit ce n'est pas dangereux et c'est 0,5g/l pour tout le monde.

"Au-delà du taux, notre campagne est assez simple. Quand on prend le volant et qu'on a bu, c'est toujours une erreur. (...)

" Je vous présente un verre et je vous demande: +servez-moi 0,4 gramme d'alcool+, je doute que vous sachiez véritablement ce que ça représente".

 

> Comment faire évoluer les mentalités après des décennies de "Un verre, ça va"?

"La réalité c'est que 63% des automobilistes sont favorables à l'abaissement du taux légal d'alcool au volant. C'est ça la France. Ce sont des gens qui sont d'accord pour dire que boire au volant, ce n'est pas possible.

"Il y a toujours des abrutis pour taper sur une opération de sensibilisation, pour protéger leur bouteille de vodka. (...) Certains disent +Vous voulez nous empêcher de boire+. Non, je veux vous empêcher de boire et de prendre la route. Je n'ai pas envie de mourir, que vous me rentriez dedans. Je suis un grand amateur de vin, mais pas quand je conduis.

"Celui qui vous dit +Après deux ou trois verres, je conduis pareil+ ne sera pas honnête. Et à un moment donné, on a besoin d'une honnêteté intellectuelle.

"Si on change tous un peu, on va tout changer".

 

> Philippe Lauwick, président de la commission alcool et stupéfiants au Conseil national de la sécurité routière, oppose que 80% des accidents mortels liés à l'alcool ont lieu avec des taux d'au moins 1,2g/l.

"Ce sinistre personnage nous explique que les accidents arrivent à 1,2g/l. Alors qu'est-ce qu'il attend pour instaurer la limite à 1g/l pour les transports scolaires puisque ce n'est pas dangereux en dessous?

"Quand on a affaire à des gens comme ça, qui ont décidé de laisser leur nom dans l'histoire sur l'abaissement de la vitesse, il faut prendre le raisonnement par l'absurde. J'ai été sidéré qu'un médecin, président de la commission alcool au Conseil national de la sécurité routière, puisse dire cela. C'est une honte d'entendre ce type de discours de la part d'un homme qui devrait soutenir mordicus cette opération".

 

> Est-ce que changer le taux aurait une réelle influence sans davantage de contrôles?

"C'est pour ça qu'on ne parle pas de limite mais de sensibilisation. Bien sûr qu'avec plus de contrôles le problème serait réglé. Mais ces contrôles, on ne les aura pas. Les forces de l'ordre sont déjà sur la route et on ne peut pas consacrer tout le budget à la sécurité routière. C'est de la démagogie de demander ça. La solution, c'est de changer les comportements. Quand vous aurez convaincu les gens, vous n'aurez plus besoin de contrôles".

 

 

À LIRE AUSSI

Image
Contrôle d'alcoolémie au volant par la police.
Zéro alcool au volant : la campagne choc de "40 millions d'automobilistes"
Alors que le taux légal d'alcool au volant est fixé à 0,5 litre d'alcool par litre de sang, l'association "'40 millions d'automobilistes" veut convaincre les conducteu...
25 septembre 2015 - 11:39
Société
Image
Lucas (à gauche) et ses copains aiment croquet la vie à pleines dents.
Sécurité routière : les réalisateurs d'"Intouchables" signent un spot contre l'alcool au volant (VIDEO)
Eric Toledano et Olivier Nakache, les réalisateurs du film "Intouchables", ont tourné un court métrage sur les dangers de l'alcool au volant. Loin des images choquante...
20 mai 2015 - 15:47
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.