Vaste réseau de proxénétisme démantelé entre France, Espagne et Colombie, 12 interpellations

Auteur(s)
FranceSoir avec AFP
Publié le 02 décembre 2022 - 12:30
Image
Crédits
AFP/Archives - CHARLY TRIBALLEAU
Une prostituée dans une rue de Caen en novembre 2017.
AFP/Archives - CHARLY TRIBALLEAU

Un réseau transatlantique de proxénétisme, qui exploitait au moins une cinquantaine de femmes en France et aurait empoché jusqu'à 30 millions d'euros par an, a été démantelé mardi dans l'Hexagone mais aussi en Espagne et en Colombie, a-t-on appris vendredi de source policière française.

Un couple, à la tête du réseau, a été incarcéré en Colombie, quatre hommes et deux femmes ont été arrêtés en Espagne et seront bientôt remis à la France, et deux hommes et deux femmes doivent être présentés à la justice française vendredi, a-t-on précisé de même source, confirmant des informations du Parisien et de France Inter.

L'enquête, confiée depuis septembre 2021 à la Juridiction nationale chargée de la lutte contre la criminalité organisée (Junalco), a été ouverte pour proxénétisme, traite des êtres humains aggravée, blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

Les victimes âgées de 20 à 40 ans étaient "principalement des Colombiennes et des Vénézuéliennes, mais aussi du Pérou et du Paraguay", explique à l'AFP la commissaire Elvire Arrighi, cheffe de l'Office central pour la répression de la traite des êtres humains (Ocrteh), qui a piloté le dossier.

"Elles étaient exploitées de manière absolument industrielle dans toute la France", jusqu'à une dizaine de passes par jour, a-t-elle ajouté.

Le réseau était géré depuis la Colombie par un couple formé d'une Vénézuélienne et d'un Colombien qui faisaient miroiter aux victimes recrutées un avenir meilleur en Europe et récoltaient les gains.

Deux "centres d'appels" en Espagne, à Malaga et Madrid, et un autre en France, étaient chargés de mettre en relation les clients français et les victimes.

Celles-ci "n'avaient aucune maîtrise de leur emploi du temps et devaient rendre compte par message après chaque prestation", souligne Mme Arrighi.

En bout de chaîne, des "petites mains" s'occupaient de la logistique (repas, transports, sécurité, etc...) "au plus près des victimes", pour qu'elles "se dédient entièrement aux passes", ajoute la commissaire.

Au total, le réseau aurait empoché au moins cinq millions d'euros par an, mais c'est "une fourchette basse" selon la cheffe de l'Ocrteh dont les enquêteurs pensent qu'elle peut atteindre "20 à 30 millions d'euros".

La commissaire souligne "la coopération internationale inédite" entre la France, la Colombie et l'Espagne, qui montre que "face à une criminalité organisée sans frontières, les forces de police peuvent s'allier y compris au-delà des océans".

À LIRE AUSSI

Image
PJ
Pédopornographie: 48 personnes, dont des élus et des cadres de l’Etat, interpelées en France
C'est un gros coup de filet de la police judiciaire, actuellement sous la menace d'une réforme très controversée. Quarante-huit personnes, dont des élus et des fonctio...
17 novembre 2022 - 12:05
Société
Image
Emmanuel Macron, en meeting à Strasbourg le 12 avril 2022
Protection de l'enfance contre les violences sexuelles: le bilan insatisfaisant du quinquennat
Avant l'élection présidentielle, tandis que la Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) rendait publiques des reco...
22 avril 2022 - 15:53
Politique
Image
Elon Musk
"Personne dans les médias ne s'en soucie": Musk se demande pourquoi les noms des clients d'Epstein n'ont pas fuité
Elon Musk n’hésite pas à poser publiquement les questions qui fâchent. Pourquoi aucun nom des clients du réseau pédocriminel de Jeffrey Epstein n'a-t-il fuité ? Et pou...
07 juin 2022 - 20:58
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.