Sûreté nucléaire : derrière les manifestations de l'IRSN, la relance des centrales

Auteur:
 
Isabel MALSANG - Paris
Publié le 28 février 2023 - 21:27
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Des centaines de salariés de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) manifestent
Crédits
AFP - Christophe ARCHAMBAULT
Des centaines de salariés de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) manifestent le 28 février à Paris contre le projet du gouvernement de démanteler leur institut
AFP - Christophe ARCHAMBAULT

Des centaines de salariés de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) ont manifesté mardi à Paris contre le projet du gouvernement de démanteler leur institut, recevant le soutien de députés de l'opposition, de Barbara Pompili, députée Renaissance, et même de salariés d'EDF.

Avec les slogans "Avant d'agir, faut réfléchir" ou "mariage forcé = sécurité menacée", environ 700 salariés (800 selon la CGT), sur les 1700 que compte l'Institut, s'étaient rassemblés près de l'Assemblée nationale pour s'opposer au projet de fondre les compétences de l'IRSN avec celles de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) qui décerne les autorisations d'exploitation des centrales, ou du Commissariat à l'energie Atomique (CEA).

Indépendance

Voulant surtout préserver leur indépendance vis-à-vis de l'ASN, gendarme du nucléaire, ainsi que la transparence de la publication de leurs avis techniques sur l'état des centrales françaises gérées par EDF, les manifestants ont jugé injustifié le projet annoncé le 8 février.

Ils ont demandé aux députés de voter contre les amendements déposés par le gouvernement au projet de loi sur l'accélération du nucléaire, qui doivent être discutés au sein de la Commission des Affaires économiques le 6 et le 7 mars.

Plusieurs élus sont venus les soutenir, dont certains sont opposés sur le plan politique sur le nucléaire, mais unis sur le besoin d'une sûreté nucléaire forte, notamment la secrétaire nationale d'EELV Marine Tondelier et le député communiste de Seine-Maritime Sébastien Jumel.

Le président de la Commission des Finances, l'insoumis Eric Coquerel, a dit qu'il s'opposait "totalement et frontalement" à ce projet de fusion "aberrant". "Il n'y aura jamais assez de sûreté nucléaire", a-t-il dit.

La députée Renaissance Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique du gouvernement Castex de 2020 à 2021, était présente aussi: "Au nom de quoi, lorsque quelque chose fonctionne bien, faudrait-il le supprimer?", s'est-elle interrogée en tribune.

"Inconfort"

Elle a critiqué l'absence de préparation du texte, sorti abruptement pendant les congés scolaires de février. "On ne va pas me faire voter un texte sans étude d'impact, surtout s'il parle de sûreté nucléaire", a-t-elle lancé. La députée du parti présidentiel a par ailleurs indiqué à l'AFP sentir un "inconfort" au sein de la majorité sur le sujet.

L'ancien député LREM, puis Génération écologie, le mathématicien Cédric Villani, a aussi apporté son soutien aux manifestants, pour la plupart ingénieurs, techniciens ou chercheurs.

"Ce qui m'a éclairé pour comprendre pourquoi le gouvernement voulait supprimer l'IRSN, c'est le texte publié par Bernard Accoyer" l'ancien président de l'assemblée nationale qui dirige une association de lobbying pro-nucléaire Patrimoine nucléaire et climat, a souligné François Jeffroy, délégué syndical central de la CFDT.

La note diffusée M. Accoyer, dont l'AFP a obtenu copie, accuse l'IRSN de "dérives" et de "devoiement" de son rôle, l'institut rendant "publiques certaines de ses analyses répondant à des saisines de l'ASN".

"Il est important que l'ASN dispose de la confidentialité des données jusqu'à ce que sa décision soit donnée, ce qui n'empêche pas la publication des avis des uns et des autres après coup", a-t-il dit à l'AFP.

La publication des avis de l'IRSN est rendue possible depuis 2016 et une ordonnance prise par Segolène Royal, alors ministre de l'environnement et de l'Energie.

"M. Accoyer dit tout haut ce que d'autres ne peuvent pas trop dire: 'les avis de l'IRSN nous gênent, si l'IRSN est dans l'ASN il n'y aura plus de publicité, et les problèmes seront réglés'", a résumé le responsable CFDT.

"Embaucher plus de gens"

Bénéficiaire supposé de l'opération: EDF sommé d'accélérer sa production d'électricité nucléaire pour augmenter les revenus du groupe en difficulté financière.

Sans évoquer directement l'IRSN, le PDG d'EDF Luc Rémont, auditionné par l'Assemblée nationale mardi, a d'ailleurs estimé que le projet de loi accélération du nucléaire, qui porte les deux amendements supprimant l'IRSN, "apporte un bon état d'esprit et un certain nombre de solution sur l'accélération des procédures" pour relancer la production.

Plusieurs salariés d'EDF participaient néanmoins à la manifestation. "Pour avoir plus de sûreté nucléaire, il faut tout simplement embaucher plus de gens au lieu de les transférer"; a déclaré Virginie Neumayer qui travaille dans la radioprotection à la centrale EDF du Tricastin.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.