Accident de bus à Millas: 4 enfants morts, "le choc a été violent"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Accident de bus à Millas: 4 enfants morts, "le choc a été violent"

Publié le 14/12/2017 à 20:39 - Mise à jour à 21:09
©Raymond Roig/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Un car scolaire a été percuté lundi par un TER à hauteur de Millas, dans les Pyrénées-Orientales, peu après 16h. La tragédie a causé la mort de quatre enfants. Une dizaine sont également gravement blessés.

Quatre enfants sont morts jeudi après-midi et une vingtaine de personnes ont été blessées dans une collision entre un bus scolaire et un train régional, sur un passage à niveau à Millas (Pyrénées-Orientales), selon un bilan provisoire.

Le préfet des Pyrénées-Orientales Philippe Vignes a expliqué qu'un bus transportant une vingtaine d'enfants du collège Christian-Bourquin à Millas et une conductrice, avait été percuté par un train.

"Le choc a été violent", a-t-il déploré, lors d'une conférence de presse.

"Le bus a été très gravement percuté, il est très gravement accidenté", a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Perpignan Jean-Jacques Fagny, qui était sur place.

Le bilan provisoire est de 4 enfants décédés, 7 urgences absolues et 9 urgences relatives dans le bus et 3 urgences relatives dans le TER, précise-t-on de source proche de l'enquête.

Lire aussi: Accident de bus scolaire à Millas: les précédentes tragédies impliquant des autocars

Le Premier ministre Edouard Philippe, qui se trouvait à Cahors (Lot), a annoncé qu'il se rendait immédiatement à Millas, ainsi que la ministre des Transports Elisabeth Borne, le président de la SNCF Guillaume Pepy, et le PDG de SNCF Réseau Patrick Jeantet.

Le chef de l'Etat Emmanuel Macron a tweeté : "Toutes mes pensées pour les victimes de ce terrible accident d’un bus scolaire et pour leurs familles. La mobilisation de l’État est totale pour leur porter secours."

L'accident s'est produit à 16H10 au passage à niveau No25 sur l'axe Perpignan-Villefranche de Conflent, situé sur la commune de Millas.

Des moyens lourds ont été engagés par le SDIS 66 : 70 sapeurs-pompiers, 10 véhicules de secours aux personnes, 1 poste médical avancé, 2 hélicoptères de la sécurité civile, et 2 hélicoptères du SAMU.

Le plan blanc a été déclenché. L'hôpital de Perpignan et la clinique Saint-Pierre à Perpignan ont été mobilisés dans le cadre de ce plan.

> Des familles reçues à la mairie de Millas -

Le périmètre de l'accident a été entièrement fermé aux médias.

Selon une image d'un journaliste de France-Bleu Roussillon, le bus a été littéralement coupé en deux dans la collision.

La mairie de Millas a mis en place un numéro d'information d'urgence pour les familles, le 04 68 57 35 03.

Jeudi soir, certaines d'entre elles se précipitaient sur les lieux de la catastrophe, tentant d'accéder en vain à la carcasse de l'autocar et d'obtenir des informations, a constaté une correspondante de l'AFP. D'autres familles étaient reçues à la mairie, selon un autre correspondant de l'AFP.

Selon l'Indépendant, "le choc a été très violent et on a eu l'impression que le train allait dérailler et se coucher", raconte une témoin, Barbara, se trouvant à bord du train.

"Des hélicoptères sont également mobilisés pour prendre en charge les blessés", selon ce témoignage. "Les passagers du train sont en cours d'évacuation par la gendarmerie tandis que les secours s'affairent auprès des passagers du bus scolaire. Une opération de désincarcération du bus est également en cours", a-t-elle indiqué.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, a également fait part de sa vive émotion, et adresse en premier lieu ses pensées à toutes les familles et proches.

Dans un tweet, Elisabeth Borne a dit sa "très vive émotion suite au terrible accident survenu à Millas, dans les Pyrénées-Orientales. Les secours et les services de l'Etat sont pleinement mobilisés".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Quatre enfants ont été tués dans l'impact.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-