Un homme finalement condamné en appel pour le viol d'une fille de 11 ans

Auteur:
 
Par AFP - Paris
Publié le 27 novembre 2018 - 23:06
Mis à jour le 28 novembre 2018 - 00:26
Image
La cour d'assises du Cher a condamné un médecin à 10 ans de prison pour le viol de 32 patientes
Crédits
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
Un trentenaire a été condamné en appel à sept ans de prison pour le viol en 2009 d'une fille de 11 ans
© LOIC VENANCE / AFP/Archives

Son acquittement avait nourri le débat sur l'instauration d'un âge minimum de consentement à un acte sexuel: un trentenaire a été condamné en appel à sept ans de prison pour le viol en 2009 d'une fille de 11 ans, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Un an après l'acquittement prononcé par la cour d'assises de Seine-et-Marne, la cour d'assises de Paris a jugé le 7 novembre que cet homme était coupable et a assorti sa peine d'emprisonnement d'une inscription sur le fichier des délinquants sexuels, a précisé cette source.

En 2017, la première cour d'assises avait estimé que les éléments constitutifs du viol (contrainte, menace, violence et surprise) n'étaient pas établis. Le ministère public, qui avait requis huit ans d'emprisonnement, avait fait appel.

Les faits remontaient à août 2009, quand la pré-adolescente avait suivi l'accusé, 22 ans à l'époque, dans un parc. Sa famille avait eu connaissance des faits en découvrant sa grossesse en 2010. L'enfant avait été placé dans une famille d'accueil.

Le jeune homme a toujours soutenu que la relation était consentie.

Cet acquittement intervenait alors qu'une affaire similaire, entre un homme de 28 ans et une fille de onze ans, avait suscité la controverse dans le Val-d'Oise: le parquet de Pontoise avait décidé de le poursuivre pour "atteinte sexuelle" - qualification impliquant le consentement de la mineure - et non pour "viol". Une information judiciaire pour viol avait été ouverte par la suite.

De nombreuses voix s'étaient élevées pour demander d'instaurer une "présomption de non-consentement", qui considérerait comme un viol toute pénétration sur un mineur de moins de 15 ans.

Estimant qu'une telle automaticité risquait d'être rejetée par le Conseil constitutionnel, l'exécutif avait finalement abandonné cette idée, suscitant les critiques d'associations et professionnels de la protection de l'enfance.

La loi contre les violences sexuelles et sexistes, adoptée cet été, précise que lorsque les faits sont commis sur un mineur, jusqu'à quinze ans, "la contrainte morale ou la surprise sont caractérisées par l'abus de la vulnérabilité de la victime ne disposant pas du discernement nécessaire pour ces actes".

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, un désillusionné à la quête de sa VIe République
PORTRAIT CRACHE - De l'UNEF à la fondation de La France Insoumise, le chemin politique de Jean-Luc Mélenchon est un véritable tourbillon de dissidences, de réactions ...
18 mai 2024 - 16:30
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.