"Les autorités sélectionnent les études" sur l'ivermectine: Tess Lawrie

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 21 juin 2022 - 18:45
Image
Tess Lawrie, sur le plateau de FranceSoir le 16 juin 2022
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
Tess Lawrie, sur le plateau de FranceSoir le 16 juin 2022
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

Tess Lawrie au "Défi de la vérité" : nous avions déjà reçu dans des "Debriefings" la médecin britannique, chercheuse et directrice d'Evidence-Based Medicine Consultancy Ltd., mais c'est une première sur notre plateau.

Elle revient sur les entraves à la reconnaissance de l'ivermectine comme traitement précoce contre le covid-19 : comment des influences extérieures, notamment celle d'Unitaid, sponsor de la méta-analyse conduite par Andrew Hill pour l'OMS, ont conduit à influer sur les conclusions. Rappelant l'urgence et l'angoisse de sauver des patients qui l'animaient, elle souligne à quel point la décision de l'OMS de cantonner l'ivermectine aux essais cliniques a eu un impact énorme - a fortiori si l'on regarde le succès avec lequel ce traitement sûr et bien connu a été utilisé dans certains pays. Des pays qui, le plus souvent, savaient ne pas pouvoir miser sur un vaccin comme seule et unique sortie de crise.

Tess Lawrie rappelle à quel point ceux qui ont affirmé l'efficacité de tels traitements précoces ont été "ignorés, censurés, discrédités". Dans un précédent entretien, elle avait appelé à une "nouvelle OMS" : elle nous raconte, comment, à son échelle, avec son organisation "World Council for Health", elle souhaite "aider les gens à comprendre ce qu'il se passe", en faisant usage de "science, sagesse et bon sens". "S'affranchir pour reprendre le contrôle et la responsabiolité de leur santé et de leurs décisions en la matière", tel est l'objectif.

Tess Lawrie nous livre son regard systémique sur cette crise sanitaire, elle qui a buté sur les blocages et errements des institutions et instances de régulation, "capturées" par l'industrie pharmaceutique. Elle émet même l'hypothèse - "controversée" - qu'il n'y aurait "peut-être même pas de pandémie" avec l'approbation de traitements précoces. La chercheuse continue de promouvoir, malgré les obstacles, "une meilleure voie" - un slogan de son association. "Nous avons encore besoin de l'ivermectine"... y compris pour traiter certains effets secondaires des injections anti-covid.

Un entretien fondamental pour comprendre, à travers cette histoire emblématique, ce qui s'est joué depuis deux ans :

Traduction et doublage : Jeanne Traduction

La version originale de cette vidéo est disponible ici : Ivermectin : "maybe they wouldnt' even be a pandemic" Dr. Tess Lawrie keeps fighting

Voir aussi : Ivermectine : De l’indifférence scandaleuse au mensonge criminel

À LIRE AUSSI

Image
Lettre à Andrew Hill
Ivermectine : la "Lettre à Andrew Hill" de Tess Lawrie, Pierre Kory et Paul Marik
Andrew Hill a-t-il volontairement saboté les données sur l’ivermectine pour empêcher son approbation ? Quels liens d’intérêts entretient Unitaid, cette association car...
12 mars 2022 - 15:03
Société
Image
Tess Lawrie Debriefing 2
Le scandale de l'ivermectine : Tess Lawrie, le retour
Tess Lawrie est de retour comme annoncé hier, pour un debriefing lourd de révélations. Dans cet entretien, elle confie avec émotion et courage les obstacles qui se son...
17 mars 2021 - 13:05
Vidéos
Image
Phil Harper : debriefing
Ivermectine : l’identité de l’auteur fantôme de l'étude d'Andrew Hill dévoilée par Phil Harper
Il est à l'origine d'un rebondissement dans le scandale ivermectine : debriefing avec le journaliste Phil Harper qui a découvert qui avait modifié les conclusions de l...
13 mars 2022 - 18:16
Vidéos
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don