Le bitcoin, valeur refuge face aux tensions commerciales? L'hypothèse divise

Le bitcoin, valeur refuge face aux tensions commerciales? L'hypothèse divise

Publié le :

Jeudi 16 Mai 2019 - 13:00

Mise à jour :

Jeudi 16 Mai 2019 - 14:02
© GEORGE FREY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP
PARTAGER :

Par Kevin TRUBLET - Londres (AFP)

-A +A

Le regain de tension entre les Etats-Unis et la Chine est-il responsable de la récente flambée du bitcoin ? L'hypothèse, défendue par certains observateurs, est cependant loin de faire l'unanimité.

Après l'échec des négociations commerciales avec la Chine, les Etats-Unis ont annoncé vendredi une augmentation des droits de douane de produits chinois importés représentant 200 milliards de dollars par an. Lundi, la Chine a répliqué en annonçant également l'entrée en vigueur de nouvelles taxes sur 60 milliards de dollars de produits américains.

En parallèle, le bitcoin, la première et principale monnaie virtuelle décentralisée, est passé de 6.291,33 dollars vendredi à 21H00 GMT à 7.864,38 dollars lundi soir, soit une augmentation de 25%, selon des données compilées par Bloomberg.

Jeudi, le bitcoin a même temporairement atteint 8.386,13 dollars, son plus haut niveau depuis juillet 2018.

Il n'en a pas fallu plus pour que certains analystes considèrent la sulfureuse cryptomonnaie, qui avait culminé à 19.511 dollars en décembre 2017, comme la grande gagnante des tensions commerciales.

Afin d'éviter "une fonte de leur épargne" provoquée par la dépréciation du yuan, les investisseurs chinois "pourraient se ruer vers les valeurs refuges comme l'or, le dollar mais également le bitcoin", a expliqué à l'AFP Réda Aboutika, analyste pour le courtier en ligne XTB, qui voit dans l'escalade commerciale "le déclencheur" de la récente flambée de la cryptomonnaie.

Depuis deux semaines, la devise chinoise a en effet particulièrement souffert, tombant mardi à un plus bas depuis fin décembre face au dollar.

Par ailleurs, selon certains observateurs, la monnaie virtuelle pourrait être utilisée pour contourner les droits de douane américains.

Mais "ce n'est qu'une hypothèse" et "tous les analystes ne s'accordent pas sur ce point", a nuancé M. Aboutika, qui indique ne pas avoir de précision sur comment le bitcoin pourrait permettre d'éviter les taxes américaines.

L'escalade commerciale a également pu bénéficier au bitcoin en attirant des acheteurs "à la recherche d'actifs qui ne sont pas corrélés aux principaux marchés", a ajouté Marcus Swanepoel, dirigeant de Luno, une plateforme d'échange de cryptomonnaies, tandis que le cours du bitcoin s'est souvent illustré par sa forte autonomie vis-à-vis des autres marchés.

- Manque de données -

Ce n'est pas la première fois que le bitcoin est invoqué face à une crise: l'embargo américain sur l'Iran, la chute de la livre turque à l'été 2018 et le chaos politique et économique au Venezuela ont déjà donné lieu à des spéculations sur l'utilisation de la célèbre cryptomonnaie comme remède miracle.

Au plus fort de la crise de la devise turque, à la mi-août 2018, le site internet bitcoin.org avait d'ailleurs enregistré une hausse de 42% des visiteurs turcs, selon le tweet d'un de ses fondateurs.

Pour autant, l'idée d'un bitcoin valeur refuge ne fait pas l'unanimité. "C'est bien trop prématuré", a jugé dans une note Lukman Otunuga, analyste pour FXTM, qui souligne cependant que "l'idée pourrait gagner du terrain si la cryptomonnaie continue de repousser ses plus hauts dans un environnement tumultueux".

Plus sévère, Carlo Alberto De Casa, analyste pour ActivTrades, a considéré auprès de l'AFP que "le bitcoin n'est pas encore, et ne sera peut-être jamais, une réserve de valeur ou une valeur refuge".

Selon lui, la forte volatilité de la cryptomonnaie par rapport à l'or, valeur refuge traditionnelle, ne plaide pas en sa faveur.

"La méfiance est due à la difficulté à se procurer des données", ce qui rend de fait impossible de prouver un lien entre tensions commerciales et hausse du bitcoin, explique Réda Aboutika, qui reconnait lui-même "des hypothèses basées sur des sentiments".

Si certaines statistiques semblent illustrer une hausse des échanges en bitcoins au Venezuela depuis plusieurs mois ou un taux important de détenteurs de cryptomonnaies en Turquie, elles demeurent en effet trop parcellaires ou trop peu fiables pour permettre des comparaisons internationales ou pour établir des liens de cause à effet.

Regain de tensions commerciales et flambée du bitcoin sont-ils liés ? Pas de réponse probante selon des économistes


Commentaires

-