Eugène Saccomano, une grande voix du foot s’est éteinte

Eugène Saccomano, une grande voix du foot s’est éteinte

Publié le :

Mardi 08 Octobre 2019 - 10:50

Mise à jour :

Mardi 08 Octobre 2019 - 10:57
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

France-Soir

-A +A
Le journaliste et écrivain Eugène Saccomano est décédé lundi à l’âge de 83 ans. Pendant 40 ans, il a « refait le match » sur les radios et à la télévision. Une voix inoubliable du football, mais aussi un écrivain passionné.
 
 
Eugène Saccomano faisait partie du cercle très fermé des grandes voix du foot, de celles qui nous scotchent au fauteuil pendant 90 minutes… ou qui nous poussent à changer de station radio ou de chaîne de télé tant on les trouve agaçantes. A l’instar de feu Thierry Rolland, impossible d’oublier ses commentaires (et ses hurlements) lors de la victoire de l’équipe de France à la coupe du monde 1998 ! 
 
Des émissions emblématiques
 
Fils de boulanger, Eugène Saccomano racontait volontiers avoir découvert ses talents vocaux dès le lycée, lorsqu’il commentait déjà des matchs pour ses camarades de classe. Mais c’est à la presse écrite, et plus précisément au quotidien Le Provençal, qu’il livre ses premiers commentaires. Correspondant foot pour Europe 1 dès 1960, il opte pour la radio. Sur les ondes, il créé son style inimitable et inoubliable, assumant son accent gardois et jouant sur les aigus pour, comme il le disait volontiers, « choper l’auditeur ». « Je faisais du théâtre à la radio », avait-il confié au quotidien sportif L’Equipe.
 
Sur Europe 1, puis sur RTL, Sacco a marqué l’histoire du journalisme sportif. On lui doit deux émissions emblématiques, « On refait le match » et « Le match du lundi », première émission de débat sur le foot. C’est ainsi que pendant plus de 30 ans, Eugène Saccomano a enflammé les ondes, exportant « On refait le match » à la télévision pour en faire un programme phare. Ses hurlements au bord des terrains tranchaient avec le calme et la sérénité qu’il entretenait dans sa maison gardoise, son havre de paix. 
 
Sacco l’écrivain
 
Ce que l’on sait moins, en effet, c’est qu’Eugène Saccomano nourrissait une grande passion pour la littérature. Il est l’auteur de nombreux livres, dont des polars. Parmi eux, « Bandits à Marseille », publié en 1968, a été adapté sur grand écran sous le titre de… « Borsalino », film culte de Jacques Deray. On lui doit également des ouvrages sur Louis-Ferdinand Céline et Jean Giono.
 
« Très affaibli depuis plusieurs mois » des suites d’une déficience neurologique, selon le quotidien Var Matin, Eugène Saccomano est décédé dans un hôpital de la région parisienne. 
Eugène Saccomano, l'une des grandes figures du journalisme sportif

Commentaires

-