Le coup de gueule de Florence Foresti contre les magazines porno dans les kiosques à journaux

Le coup de gueule de Florence Foresti contre les magazines porno dans les kiosques à journaux

Publié le :

Lundi 26 Mars 2018 - 17:42

Mise à jour :

Lundi 26 Mars 2018 - 17:56
Agacée de voir des images classées X en pleine rue, sur la devanture des kiosques à journaux, Florence Foresti a poussé un coup de gueule ce lundi sur son compte Instagram. L'humoriste ne souhaite plus que les magazines porno soient à la vue de tous.
©Urman Lionel/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Elle en a assez et l'a fait savoir. Agacée de voir des images classées X en pleine rue, Florence Foresti a poussé un coup de gueule ce lundi 26 sur son compte Instagram. "Est-ce qu'on est obligé de se taper ça tous les jours sur nos kiosques? Pour mémoire les enfants ont des yeux. Et un cerveau", a-t-elle écrit, postant au passage une photo de la devanture d'un kiosque pour appuyer ses dires.

Dessus, les internautes peuvent voir deux couvertures de magazines très suggestives. La première est un "spécial anal" et propose un "palmarès des plus beaux c*** du monde" tandis que le second met à l’hon­neur l’actrice russe Ales­san­dra Jane. Presque nue, la jeune femme a seulement les tétons et l'entrejambe floutés.

A noter que la comédienne, maman d'une enfant de 10 ans, n'est pas la seule à avoir soulevé ce problème. En juillet dernier, la Brigade Antisexiste et 15 autres associations féministes avaient exigé l'interdiction de l'exposition de couvertures de magazines pornographiques sur la devanture des kiosques à journaux.

Lire aussi - Porno: un lien avec la hausse des divorces mis en évidence

Elles s'étaient appuyées sur l'article 227-24 du code pénal qui stipule que "le fait de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu'en soit le support un message à caractère violent, incitant au terrorisme, pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine ou à inciter des mineurs à se livrer à des jeux les mettant physiquement en danger, soit de faire commerce d'un tel message, est puni de trois ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende lorsque ce message est susceptible d'être vu ou perçu par un mineur".

Comme elles, Florence Foresti ne souhaite plus que ces images soient à la vue de tous. Et même si elles sont souvent mises en hauteur pour échapper à la vue des adolescents et des plus jeunes enfants, elles restent malgré tout dans leur champ de vision. C'est en tout cas ce qu'elles avaient estimé dans leur pétition publiée sur le site Change.org.

Florence Foresti a poussé un coup de gueule contre les magazines porno dans les kiosques.


Commentaires

-