"Le retour du héros": le savoureux duo Jean Dujardin-Mélanie Laurent (vidéo)

Mensonges et trahisons, et plus si affinités

"Le retour du héros": le savoureux duo Jean Dujardin-Mélanie Laurent (vidéo)

Publié le :

Vendredi 09 Février 2018 - 23:30

Mise à jour :

Mercredi 14 Février 2018 - 10:26
Sous l'Empire, un soldat lâche et menteur devient un héros à son retour de la guerre grâce à une supercherie imaginée par la sœur de sa fiancée. Tous les deux, interprétés par Jean Dujardin et Mélanie Laurent, sont liés par le même mensonge dans la comédie "Le retour du héros", qui sort ce mercredi.
©Christophe Brachet/JD Prod/StudioCanal
PARTAGER :

Jean-Michel Comte

-A +A

Jean Dujardin et Mélanie Laurent s'affrontent, se détestent, se séduisent dans Le retour du héros, une comédie romantique en costumes, drôle et alerte, réalisée par Laurent Tirard et qui sort ce mercredi 14 sur les écrans.

On est en Bourgogne en 1809. Le capitaine Neuville (Jean Dujardin), officier fourbe, menteur, lâche et sans scrupules, fait la cour à Pauline (Noémie Merlant), jeune fille de bonne famille, et promet de l'épouser. Mais il est envoyé à la guerre en Autriche, et ne donne plus de ses nouvelles.

Pauline déprime et ne se remet pas de ce silence. Alors, pour lui remonter le moral, sa sœur Elisabeth (Mélanie Laurent) invente une correspondance: elle écrit de fausses lettres de Neuville, que reçoit Pauline, et fait mine d'envoyer les réponses de celle-ci. Une intense liaison épistolaire se noue entre la jeune fille amoureuse et le héros des armées de l'Empire, parti notamment guerroyer dans les Indes lointaines.

Mais le temps passe, Neuville est porté disparu, les lettres s'interrompent et Pauline se fait une raison: elle en épouse un autre, et a deux enfants. En 1812, quand Neuville revient dans la région, c'est en clochard barbu, hirsute, sans le sou. Il a déserté de l'armée depuis le début et n'a jamais été un héros.

Elisabeth, qui le déteste, l'intercepte in extremis à sa descente de diligence, avant qu'il ne réapparaisse aux yeux de tous. Elle lui explique la situation, les fausses lettres, sa mort présumée: "ce serait dommage de tout gâcher", dit-elle. Neuville fait alors son retour en héros, acclamé de tous, et partage le secret avec Elisabeth, qui ne veut pas avouer sa supercherie à sa famille. Mais entre les deux complices, liés par un même mensonge, c'est bientôt l'affrontement…

C'est le 7e film de Laurent Tirard, et il pourrait se sous-titrer comme le premier, en 2004: Mensonges et trahisons et plus si affinités. Depuis, le réalisateur a tracé sa route dans le domaine de la comédie avec notamment Le petit Nicolas, son plus gros succès (2009), Astérix et Obélix: au service de sa Majesté (2012) et Un homme à la hauteur (2016) avec Jean Dujardin et Virginie Efira.

Il retrouve ici un Jean Dujardin au mieux de sa forme, charmeur et charismatique, bavard et spectaculaire. C'est un roublard, un escroc sans scrupules, mais qui attire la sympathie, "un personnage à la Belmondo, déboulant dans un univers feutré à la Jane Austen", explique le réalisateur.

Lire aussi - OSS 117: le retour à l'écran du célèbre espion français confirmé par Jean Dujardin

La grande et bonne surprise du film est son duo avec Mélanie Laurent, pas habituée aux rôles de comédie, mais qui se hisse ici à la hauteur de son partenaire et déborde de charme, d'humour, de caractère –à la fois par son jeu d'actrice et par son personnage. Elle est "clairement l'héroïne du film", même si Dujardin prend plus de place, explique Laurent Tirard au mensuel des salles UGC Illimité. "Elle est forte et indépendante, contre le mariage et les conventions sociales de l'époque. C'est assez inhabituel dans la comédie française actuelle de proposer à un rôle féminin une place aussi déterminante".

Il y a donc un fort accent féministe dans cette histoire où le principal personnage féminin tient tête au "héros" masculin. Même si la réalisation est parfois un peu paresseuse, le duo formé par Jean Dujardin et Mélanie Laurent est savoureux avec leurs joutes verbales, leurs affrontements, leurs mensonges, leurs coups en douce –et, bien sûr, leurs numéros de séduction et leur romance finale.

"Les films en costumes, et surtout les comédies d'aventure, comme celles de Rappeneau ou de De Broca, ont fait le bonheur de générations entières de spectateurs, et ont contribué à mon envie de faire du cinéma. Je ne comprends

pas pourquoi elles ont disparu des écrans", explique le réalisateur, qui a voulu remettre au goût du jour cette légèreté et ce sens de la comédie, accompagnés parfois de moments d'émotion entre deux scènes d'humour et de quiproquos.

Mélanie Laurent et Jean Dujardin oscillent entre duel et duo.

Commentaires

-