Sur le plateau d'Ardisson, le gilet jaune éborgné témoigne de sa "haine" (vidéo)

Sur le plateau d'Ardisson, le gilet jaune éborgné témoigne de sa "haine" (vidéo)

Publié le :

Lundi 21 Janvier 2019 - 07:57

Mise à jour :

Lundi 21 Janvier 2019 - 08:00
© Abdul ABEISSA / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Dimanche, sur le plateau des "Terriens du dimanche", un gilet jaune qui a perdu un oeil suite à un tir de flashball est venu témoigner. Il n'a pas caché sa haine contre le policier qui lui a tiré dessus.

Il a reçu en pleine tête une balle tirée par un flashball, ce qui lui a fait perdre son œil. Et il a crié sa "haine" dimanche 20 sur lez plateau des Terriens du dimanche sur C8. Jean-Marc, gilet jaune blessé en marge d'une manifestation est venu sur le plateau pour montrer son orbite vide et critiquer les violences policières.

L'homme explique notamment que l'idée qu'un lanceur de balles de défense (LBD) jette un projectile avec la puissance d'un coup de poing de boxeur est fausse. Assurant que la force de ce qu'il a reçu représente 220 joules, il précise qu'"un coup de boxeur au visage, c'est 100 joules. Quand on dit que c'est un coup de poing de Mike Tyson, je suis désolé, mais Mike Tyson, il ne met pas des coups de poing comme ça".

Mais l'homme, qui ne peut plus exercer sa profession d'horticulteur ("je ne peux plus travailler la terre parce que la moindre poussière va aller dans l'œil") dit aussi toute sa colère, sans mâcher ses mots, à l'encontre des forces de l'ordre: "J'ai la haine. J'ai la rage. J'en veux au fils de pute qui m'a fait ça. Je suis désolé de parler comme ça mais j'ai tellement la haine que je ne peux pas le dire autrement. Pour moi, c'est un fils de pute C'est comme Olivier qui a été tiré de dos la semaine dernière alors qu'il marchait. Moi, je ne me serais pas retourné, il me serait arrivé exactement la même chose".

L'invité fait référence à l'homme gravement blessé par un tir, visiblement tendu, en marge de la manifestation de Bordeaux samedi 12 janvier (voir ici). La victime, un pompier volontaire père de trois enfants, qui manifestait mais ne semblait pas commettre d'actes de violence, avait dû être plongé dans un coma artificiel après une hémorragie cérébrale consécutive au choc.

Voir aussi:

Nouveau gilet jaune dans le coma, gravement blessé à Bourges

Gilet jaune dans le coma: non-assistance à personne en danger des policiers? (vidéo)

Le gilet jaune témoigne après avoir perdu un oeil à cause d'un tir de flashball.


Commentaires

-