A chacun son sapin de Noël

Le roi des forêts

A chacun son sapin de Noël

Publié le :

Mardi 01 Décembre 2015 - 15:36

Mise à jour :

Vendredi 04 Décembre 2015 - 16:01
Comme chaque année, au début du mois de décembre, les familles commencent, si ce n'est déjà fait, à acheter leur sapin de Noël pour le plus grand bonheur des enfants. Odorants ou résistants, petits ou grands, naturels ou artificiels: il y en a pour tous les goûts.
©Flickr Creative Commons
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

A moins d'un mois de Noël, il est temps pour nombre de familles d'acheter son sapin pour l'installer dans son salon, l'occasion pour les enfants de le décorer avec soin en attendant d'ouvrir leurs cadeaux le 25 décembre au matin. Et comme d'habitude, les Français privilégient le sapin naturel au détriment des sapins artificiels. Selon la dernière étude réalisée par TNS Sofres, pas moins de 5,7 millions de sapins de Noël naturels ont été achetés en 2014, à un prix moyen de 26 euros l'unité. Concernant la date de l'achat, les Français sont nombreux à les acheter début décembre. L'année dernière, 39% d'entre eux en ont acquis un entre le 1er et le 9 du mois contre 23% entre le 10 et le 14.

S'ils ont la cote, chacun a néanmoins ses propres caractéristiques. Alors que certains sont odorants mais peu résistants, d'autres en revanche tiennent beaucoup mieux, ne perdent pas leurs aiguilles mais n'ont pas d'odeur. L'Epicéa par exemple sent très fort, de quoi donner une atmosphère de fête à son salon. Seulement voilà: il ne tient pas très bien les fortes températures et perd ses aiguilles. Le Nordmann, lui, tient beaucoup mieux (huit semaines au lieu de quatre en moyene) mais sent beaucoup moins. Il est choisi dans 67% des cas, contre 28% pour l'Epicéa.

Cette variété, devenue la star des fêtes de fin d'année, est produite désormais en masse en Bretagne, considérée comme l'eldorado des producteurs de cette espèce. Parmi les entreprises qui en ont tiré parti: la société Floval qui commercialise chaque année 100.000 arbres en France. "Comme cette variété ne supporte pas les grands froids, Bretagne et Normandie sont devenues des régions de production de Nordmann, plus que le Morvan ou les Vosges", explique le PDG, Loïc Le Calvez, avant d'ajouter: "Ici, ça pousse vite, ça pousse bien, et l'humidité, le sapin aime bien". De ce fait, la Bretagne est ainsi devenue la deuxième région française productrice de sapins de Noël (18%), derrière la Bourgogne (30%), selon des chiffres de FranceAgriMer de 2013.

Pour celles et ceux qui souhaiteraient conserver leur sapin de Noël et pouvoir le replanter après les fêtes, il faudra le demander en motte au pépiniériste. Il est alors conseillé de l'acclimater de manière progressive avant de l'installer dans le salon, où règne une chaleur à laquelle il n'est pas habitué. Il est également fortement conseillé ne pas le placer trop près d'un chauffage, choisir un endroit où il n'est pas en contact direct avec le soleil, et lui fournir un demi-litre d'eau minimum chaque jour. Après les festivités, il ne faudra pas le sortir directement mais l'habituer petit à petit à une température plus fraîche. 

 

 

Un majorité de Français choisissent le Nordmann comme variété de sapin pour Noël.

Commentaires

-