Les vols intra-européens repartent à la hausse. Est-ce enfin la reprise économique post confinement?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Les vols intra-européens repartent à la hausse. Est-ce enfin la reprise économique post confinement?

Publié le 10/08/2020 à 10:24 - Mise à jour à 10:43
Suhyeon Choi / Unsplash
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

La majorité des français qui partent en vacances cet été restent en France. Soit à cause d'inquiétudes sanitaires directement liée à la pandémie de coronavirus, soit à cause de mauvaises expériences récentes de logistique et de voyage international: repatriation difficile au début du confinement, annulations de vols, de séjours, et parcours du combattant pour se faire rembourser, avec files d'attentes et appels interminables… La fermeture des frontières de mars dernier a laissé des séquelles. Malgré cela, un nombre non négligeable de vacanciers prendra l'avion à l'intérieur des frontières de l'union européenne, profitant des petits prix de dernière minute, et essayant de fuir les foules des plages françaises. Cette reprise des voyages est-elle le symbole d’un timide début de reprise économique post confinement?

Les français disposés à faire des voyages de courte distance malgré les risques sanitaires

Selon Tim Fairhurst, secrétaire général de l’Association européenne du tourisme, il existe une peur considérable et compréhensible dans l'esprit de certains touristes de se retrouver «coincés» du mauvais côté de la frontière ou de voir leur voyage subitement annulé. Malgré cela, de nouvelles données soulignent qu'il y a tout de même eu une reprise de la recherche de vols au cours des semaines cruciales pour la haute saison. Les chiffres suggèrent un léger rebond de certaines réservations de vols de loisirs dans l'ensemble de l'Europe, mais un repli dans d'autres régions. En France, les recherches pour “vol” ont augmenté considérablement avec un pic début juillet et début août.
Selon un sondage de Skyscanner, une plateforme de comparaison de prix de voyage, le secteur ayant le mieux réagi est celui des vols courts intra-européens. Sur 2 000 Européens interrogés entre le 20 et le 26 juillet, 24% estiment qu'il est sûr de voyager à l'étranger, et sont donc susceptibles de participer à la reprise des vols et voyages internationaux.

Les voyages low cost sont les premiers à récupérer de la crise

Dans toute l'Europe en général, les vols “low cost” restent le secteur touristique qui se rétablit le plus rapidement. EasyJet a annoncé que pour le mois de juillet, ses vols étaient pleins à 84% . Les compagnies se montrent aussi optimistes pour la suite, et prévoient un taux de remplissage 10 % supérieur aux prévisions pour le mois de septembre. Ryanair, de son côté, lance une campagne avec les billets les moins chers à travers l'Europe pour tenter de se sortir avec succès de la crise, qui va impacter toute l'industrie du voyage dans les années à venir. Car malgré ses prix très concurrentiels, Ryanair aurait enregistré une perte de 216 millions de dollars entre avril et juin, à comparer avec un bénéfice de 284 millions de dollars au même trimestre de l'année précédente.

Licenciements dans le tourisme malgré le rebond

Le secteur du tourisme est très durement touché par la crise. Skyscanner par exemple, envisage de licencier jusqu'à environ un cinquième de ses 1500 employés, et fermera ses bureaux de Budapest et de Sofia, et une réduction des opérations à Miami et Singapour.
La plate-forme de réservation d’hébergement en ligne Booking.com, basée à Amsterdam, compte aussi licencier jusqu'à un quart de ses effectifs.

Les politiques incohérentes nuisent aux voyages européens

Selon une enquête réalisée par la société d'études de marché YouGov entre le 13 et le 23 juillet, «les deux tiers des Allemands qui voyagent normalement à l'étranger annuleraient un séjour s'ils avaient besoin d'un test de dépistage du COVID-19 à leur arrivée». Un risque très important, alors même que la logique des tests ne fait pas consensus.
En France, les voyageurs provenant des zones à risque doivent se faire tester à l'aéroport ou présenter un certificat de santé. Cependant, si on provient d'un de ces 16 pays (Bahreïn, Émirats arabes unis, États-Unis, Panama, Afrique du Sud, Algérie, Brésil, Inde, Israël, Koweït, Madagascar, Oman, Pérou, Qatar, Serbie et Turquie) mais qu’on fait escale dans un autre pays de l’UE… plus besoin de test!
Selon Jean Paul Stahl, professeur de pathologies infectieuses au CHU de Grenoble, ces contrôles ne sont pas suffisants. "Idéalement, il faudrait aller jusqu'au bout de la démarche et contrôler toute personne qui franchit la frontière en provenance d'un pays à risque", estime-t il pour Europe1. .

Rechercher son vol en fonction des critères sanitaires

Pour encourager la reprise de vols, le site Skyscanner offre aux vacanciers la possibilité de rechercher et de choisir des compagnies aériennes en fonction des notes de sécurité des compagnies aériennes. Les touristes sont ainsi encouragés à s'informer sur les mesures de santé et de sécurité prises par le fournisseur, et sur ce qui est attendu des voyageurs.
Les notes, fournies par AirlineRatings.com, évaluent chaque compagnie aérienne selon des critères tels que le port du masque, les mesures de nettoyage, les changements de service alimentaire et l'équipement de protection individuel de l'équipage.
Les voyageurs peuvent voir les notes individuelles des compagnies aériennes et ainsi réserver leur vol en fonction du risque supposé de contamination.

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Dans toute l'Europe en général, les vols “low cost” restent le secteur touristique qui se rétablit le plus rapidement.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-