Vague de froid Moscou Paris - températures, pollution, transports: ce à quoi il faut s'attendre

Vague de froid Moscou Paris - températures, pollution, transports: ce à quoi il faut s'attendre

Publié le :

Dimanche 25 Février 2018 - 12:40

Mise à jour :

Dimanche 25 Février 2018 - 13:23
© JOEL SAGET / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La vague de froid Moscou Paris va provoquer une importante chute des températures. Si ce grand froid laisse craindre un impact sur les transports ou un pic de pollution, les conséquences devraient être limitées, du moins dans un premier temps.

La vague de froid venue de Scandinavie et de Sibérie surnommée Moscou-Paris va arriver en France lundi 26 mais les prémices en étaient déjà ressentis ce dimanche 25 avec des températures autour de zéro degré sur une grande partie du pays. Une chute du mercure qui peut annoncer d'autres désagréments.

 > Les températures:

La journée de mardi 27 devrait être la plus froide selon Météo France: "On observera des températures minimales de -6 à -10 °C au nord et à l’est de l’Hexagone, -2 à -6 °C sur les côtes de la Manche et de l'Atlantique et dans les plaines du Sud-ouest, 0 à -4 °C près de la Méditerranée. En journée, les températures maximales resteront souvent voisines de 0 °C, et même parfois négatives du Nord à l'Île de France et au Nord-Est ; elles atteindront 2 à 6 °C sur les régions les plus méridionales, soit des valeurs 8 à 10 °C sous les normales saisonnières (établies sur la période 1981-2010)."

A cela s'ajoute le vent qui devrait accentuer la sensation de froid (le fameux froid ressenti). Elle pourrait tomber à -25 degrés localement en montagne et être de -18 degrés en plaine.

Lire aussi: Un froid sibérien en approche, les sans-abri en première ligne

 > Des pics de pollution?

Le grand froid favorise la pollution aux particules fines dans les grandes villes. Situation qui peut en pousser plusieurs dont Paris à adopter la circulation différenciée basée sur les vignettes Crit'Air et donc empêcher certains automobilistes de prendre leur véhicule.

Toutefois, les basses températures qui bloquent les particules fines ne sont pas le seul élément à prendre en compte. L'absence de vent joue également.

Or,ce même vent qui devrait accentuer la sensation de froid devrait limiter la stagnation des polluants. Aiparif, organisation qui surveille la qualité de l'air en Ile-de-France, prévoit d'ailleurs un niveau de pollution atmosphérique "faible" pour lundi 26. Mais en Hautte-Garonne, de premières restrictions ont été décidées ce dimanche.

 > Des transports perturbés?

La météo hivernale a déjà perturbé les transports, notamment ferroviaire, en ce début d'année. De quoi inquiéter les usagers. Mais interrogée vendredi 23 par Europe 1, la SNCF n'avait pas encore prévu de dispositif si ce n'est la protection des équipements les plus fragiles. Aucune perturbation particulière liée au froid n'était alors envisagée.

Il faut dire que la neige et le verglas consécutif aux précipitations sont les principaux facteurs de ralentissement du trafic. Les Alpes-de-Haute-Provence (04), les Alpes-Maritimes (06) et le Var (83) ont été placés en alerte orange neige et verglas.

Météo France prévoit cependant du soleil sur la quasi totalité du pays jusqu'à mercredi 28 au soir. Les températures devraient alors remonter. Mais ce redoux devrait s'accompagner d'importantes chutes de neige et de pluie sur l'ensemble du pays. Ce n'est peut-être donc pas la vague Moscou-Paris mais ce qui va suivre qui risque d'être le plus problématique.

La vague de froid Moscou-Paris ne devrait pas trop affecter les transports, mais d'importantes chutes de neige devrait la suivre.


Commentaires

-