Renaud ne votera "plus jamais" socialiste et préfère Fillon

Renaud ne votera "plus jamais" socialiste et préfère Fillon

Publié le :

Dimanche 03 Avril 2016 - 16:23

Mise à jour :

Dimanche 03 Avril 2016 - 16:28
©Benaroch/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Quelques jours avant la sortie de son prochaine album, Renaud s'est confié dans une série d'interviews sur ses opinions politiques. Il affirme qu'il ne votera "plus jamais" socialiste, préférant François Fillon, et écorchant les extrêmes.

"Plus jamais je ne voterai socialiste", a affirmé le chanteur Renaud, qui sortira un nouvel album le 8 avril, dans un interview donnée à Sud Ouest dimanche 3.

"L'accord signé avec la Turquie est honteux. Comme tout ce que fait cette soi-disant gauche au pouvoir: la déchéance de nationalité, la réforme du Code du travail... Des choses que même la droite n'aurait pas osé initier. Plus jamais je ne voterai socialiste. Personne ne m'enthousiasme aujourd'hui, personne", a déclaré le chanteur de 63 ans qui avait soutenu Ségolène Royal en 2007.

Dans le Journal du Dimanche, le chanteur déclare par ailleurs qu'il "va peut être voter pour un François Fillon que je pense être un parfait honnête homme, un vrai républicain".

"C'est compliqué quand même", dit-il à propos de ses intentions en matière de vote : "Mélenchon, c'est le gauchisme, l'aventurisme, un idéalisme désuet. Le Pen, c'est la peste brune". Pour Renaud, "ces politiciens pensent surtout à changer leur réalité avant celle du pays".

Renaud a par ailleurs dit qu'il avait consacré dans Toujours Debout, son 24e album, deux chansons aux victimes des attentats de janvier et novembre 2015 en France.

"J'ai perdu mes amis Charb, Cabu, Tignous que j'adorais, Honoré, Wolinski... Puis le 13 novembre, horrible barbarie. Cette infime minorité de l'Islam qui compte des millions de pratiquants modérés. Je n'aime pas les religions, je les respecte, mais je maudis ces djihadistes contre lesquels j'essaie de lutter avec mes modestes armes", a dit celui qui écrit des chroniques dans Charlie Hebdo et Causette.

Renaud est encore revenu sur les années où il était "un ivrogne". "J'étais couché à minuit, je me levais à midi et j'étais lessivé. Je tremblais, j'avais mal partout et je devais amener ma bouche au café plutôt que le contraire. Les ravages de l'alcool. Pastis et bière. Je n'ai pas lu un livre pendant près de huit ans. Je redécouvre mon fils alors qu'il a 10 ans. Je suis passé à côté de son enfance", a-t-il encore dit.

 

"Ce que fait cette soi-disant gauche au pouvoir (...) même la droite n'aurait pas osé (l') initier", juge Renaud.

Commentaires

-