"Taisez-vous!": Mélenchon perd ses nerfs et dérape sur les tensions à Nantes (vidéo)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

"Taisez-vous!": Mélenchon perd ses nerfs et dérape sur les tensions à Nantes (vidéo)

Publié le 10/07/2018 à 16:29 - Mise à jour à 16:34
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): PP

-A +A

Invité à réagir à propos des tensions à Nantes suite à la mort du jeune Aboubakar F, abattu par un policier, début juillet, Jean-Luc Mélenchon a dérapé contre un journaliste.

Jean-Luc Mélenchon a une nouvelle fois fait l'exemple de sa haine "juste et saine" des médias. Invité lundi 9 de l'émission Le Grand rendez-vous diffusée sur Europe 1 et CNews, le chef de file de la France insoumise s'est emporté contre un journaliste qui l'interrogeait sur les tensions à Nantes après la mort d'un jeune homme, Aboubakar F., abattu par un policier le 3 juillet lors d'un contrôle. Jean-Luc Mélenchon a également fait preuve d'une certaine méconnaissance -à tout le moins- de l'affaire en tentant de contredire le journaliste qui l'interrogeait.

"C’est d’une exceptionnelle gravité ce qui s’est passé. Non seulement le fait lui-même, cet homme jeune" tué par une balle de la police dans des circonstances pour le moins troubles, a ainsi dénoncé Jean-Luc Mélenchon. Le leader de FI a également dépeint un jeune "d’après les témoignages, tranquille, gentil, aimable avec son environnement".

A ce stade il convient de rappeler que le CRS auteur du tir mortel, après avoir invoqué un refus d'obtempéré et une mise en danger de lui et ses collègues par le jeune homme contrôlé est finalement revenu sur ses déclarations. Placé en garde à vue, il a avoué avoir menti et parle désormais d'un "tir accidentel" contre la victime dans la mêlée d'une arrestation mouvementée. De leur côté, les avocats de la famille d'Aboubakar F. pointent toujours des "incohérences majeures" sur le déroulé des faits présenté à ce stade par le procureur de la République de Nantes.

Lire- Jeune tué à Nantes: le policier mis en examen

Il n'en reste pas moins qu'Aboubakar F. faisait l'objet depuis un an d'un mandat d'arrêt pour "vol en bande organisée, recel, et association de malfaiteurs". Ce qu'a précisé le journaliste à Jean-Luc Mélenchon, sans pour autant porter de jugement, le faisant immédiatement sortir de ses gonds.

"Ca justifie sa mort? Alors, taisez-vous! Taisez-vous! Taisez-vous! Taisez-vous!", s'est alors emporté Jean-Luc Mélenchon, puis de rétorquer au journaliste: "vous vous êtes vivant et vous êtes là, vous faites des commentaires".

"Vous ne me dites pas de me taire", a répondu David Doukhan, l'intervieweur. "J'apporte une précision, je ne fais pas un commentaire".

Jean-Luc Mélenchon fait alors mine de faire machine arrière, mais pour mieux poursuivre son attaque. "D'accord, je ne vous dis pas de vous taire. Je le retire. Vous avez d'autres choses à dire contre cet homme maintenant qu'il est mort?", avant de lancer: "Non, mais allez-y! Il est normal que les dominants méprisent les morts".

"Non, je ne méprise pas cet homme, il n'y a aucun mépris c'est de la précision factuelle", répond David Doukhan. Ce qui lui vaut une ultime bravade du leader de la France insoumise qui avance que "ce n'est pas de la précision factuelle. Vous racontez le dernier ragot que vous avez vu sur le sujet".

Les faits sont pourtant ce qu'ils sont: le jeune homme mort d'un tir de la police début juillet à Nantes était bien sous le coup d'un mandat d'arrêt. Et, comme il l'a répété tout au long de cet échange, David Doukhan n'a a aucun moment dit ni sous-entendu qu'Aboubakar F. aurait mérité ce qui lui est arrivé.

La vidéo de l'échange entre Jean-Luc Mélenchon et David Doukhan:

Auteur(s): PP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"Taisez-vous!", hurle Jean-Luc Mélenchon au journaliste David Doukhan.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-