Valls, Sarkozy, Vallaud-Belkacem: la bataille de la réforme du collège

Auteur(s)
VL
Publié le 12 mai 2015 - 21:41
Image
Najat Vallaud-Belkacem  lors de son discours sur la laïcité et la citoyenneté à l'école le 22 janvier 2015.
Crédits
©Philippe Wojazer/Reuters
Najat Vallaud-Belkacem continue de défendre avec l'appui de Manuel Valls une réforme du collège très critiqueé.
©Philippe Wojazer/Reuters
La réforme du collège défendue par Najat Vallaud-Belkacem a, depuis quelques jours, tourné à l'affrontement généralisé entre la majorité gouvernementale et l'opposition. Même Nicolas Sarkozy et Manuel Valls se sont lancés dans la bataille.

Il y avait eu la loi sur le mariage pour tous de Christiane Taubira, la loi Macron, c'est maintenant la loi sur la réforme du collège de Najat Vallaud-Belkacem qui est au centre des affrontements entre la majorité et l'opposition.

Ce qui n'était au début que des critiques sur le projet en lui-même est devenu un enjeu politique et la source d'une joute verbale entre ténors des deux camps. Il semble que Najat Vallaud-Belkacem soit devenue la nouvelle cible privilégiée de l'opposition. Au point que Manuel Valls a dû prendre publiquement sa défense: "elle a la confiance du président de la République, elle a ma confiance, elle a autour d'elle tout le gouvernement rassemblé" a-t-il déclaré, dimanche 10.

Mais cette unité du gouvernement a un effet pervers. Car désormais, pour l'opposition, abattre la réforme du collège reviendrait à porter un grave coup au gouvernement. Nicolas Sarkozy semble l'avoir bien compris. Lundi 11, lors d'un meeting aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le président de l'UMP s'en est pris à la ministre de l'Education et à sa réforme "désastreuse pour notre République". "Dans le combat effréné pour la médiocrité, Christiane Taubira  est en passe d'être dépassée par Najat Vallaud-Belkacem", a-t-il déclaré.

Dès le lendemain, ces "attaques personnelles" et "mots insupportables" étaient dénoncés par Manuel Valls à l'Assemblée nationale. Des échanges d'amabilités qui font passer le contenu de la réforme au second plan. Le gouvernement ne semble plus pouvoir négocier, au risque d'avoir l'air de reculer.

La réforme du collège est censée, selon Najat Vallaud-Belkcacem, permettre de démocratiser l'enseignement et de rendre chaque savoir accessible à tous. Ses opposants dénoncent un nivellement par le bas, notamment la suppression des classes européennes et de l'enseignement traditionnel du latin et du grec ancien.

Des "contre-vérités" selon la ministre de l'Education qui martèle que l'enseignement des langues sera maintenu au travers de fameux EPI (enseignements pratique interdisciplinaire). Argument qui ne convainc ni les politiques ni les intellectuels opposés au projet.

Le débat sur la réforme elle-même semble de toute manière déjà bien loin. 

 

À LIRE AUSSI

Image
Portrait de Najat Vallaud-Belkacem.
Najat Vallaud-Belkacem, "avec la réforme des collèges on offre l'excellence à tous les élèves"
Najat Vallaud-Belkacem était l'invité de France Inter ce mardi matin. La ministre de l'Education nationale est revenue en détail sur la réforme du collège, abondamment...
12 mai 2015 - 11:24
Politique
Image
Najat Vallaud-Belkacem  lors de son discours sur la laïcité et la citoyenneté à l'école le 22 janvier 2015.
Education: Najat Vallaud-Belkacem défend sa réforme des collèges et fustige les "pseudo-intellectuels"
Latin et grec, allemand, histoire, interdisciplinarité: sur tous ces points polémiques de sa réforme des collèges, Najat Vallaud-Belkacem se défend et répond aux criti...
10 mai 2015 - 12:44
Politique
Image
Des élèves en classe.
De nouveaux programmes scolaires au primaire et au collège
Le Conseil supérieur des programmes, chargé d'établir les nouveaux programmes scolaires a rendu public son projet qui doit être mis en place à la rentrée 2016. Il pré...
14 avril 2015 - 13:59
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.