Bébé décapité pendant l'accouchement: la médecin continuera d'exercer

Décision

Bébé décapité pendant l'accouchement: la médecin continuera d'exercer

Publié le :

Jeudi 07 Juin 2018 - 17:16

Mise à jour :

Jeudi 07 Juin 2018 - 17:43
Mardi une commission médicale a écarté l'accusation de faute grave qui pesait sur une médecin qui avait décapité un bébé lors d'un accouchement en 2014 à Dundee en Ecosse. Vaishnavy Vilvanathan Laxmanj va donc pouvoir exercer à nouveau.
© BORIS HORVAT / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Elle pourra à nouveau exercer. La médecin qui avait décapité un bébé mort-né lors d'un accouchement à Dundee, en Ecosse, en 2014, a été autorisée à reprendre ses activités par une commission médicale mardi 5.

Le 16 mars 2014, Vaishnavy Vilvanathan Laxmanj avait dû accoucher une femme enceinte de seulement six mois. La médecin n'avait pas pratiqué de césarienne d'urgence et avait donc choisi de faire accoucher la patiente de façon naturelle.

A voir aussi: Un bébé décapité pendant l'accouchement, la médecin réfute toute faute

Pourtant le bébé sortait les pieds en avant et le col de l'utérus de la mère n'était pas assez dilaté. Au cours de cette intervention très délicate le bébé avait été décapité alors qu'il était déjà mort.

Une commission médicale a donc statué mardi sur ce drame. L'accusation de faute grave portée envers la médecin a été rejetée, Vaishnavy Vilvanathan Laxmanj aura donc le droit d'exercer à nouveau, elle était jusque là suspendue.

Comme l'a rappelé The Independant la commission a évoqué une "erreur de jugement" de la part de la praticienne. "La décision de la chirurgienne a initié un enchaînement d'actions qui a abouti à la décapitation du bébé. Sans cette erreur de jugement, la décapitation n'aurait pas eu lieu".

Quant au choix de pratiquer une accouchement naturel, la décision a été jugée "négligente et au-dessous du niveau de compétence attendu". La commission a tout de même retenu que c'était la seule erreur grave que la médecin avait commise au cours de sa carrière et l'a donc mise sur le compte de "circonstances très difficiles".

La médecin qui avait décapité un bébé lors d'un accouchement a été autorisée à exercer à nouveau.

Commentaires

-