Cerf abattu dans un jardin: 400 manifestants pour l'abolition de la chasse à courre à Saint-Jean-aux-Bois

Cerf abattu dans un jardin: 400 manifestants pour l'abolition de la chasse à courre à Saint-Jean-aux-Bois

Publié le :

Samedi 28 Octobre 2017 - 16:32

Mise à jour :

Samedi 28 Octobre 2017 - 16:34
©Citizen 59/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les militants de l'association AVA se sont comme chaque année réunis ce samedi à Saint-Jean-aux-Bois, dans l'Oise pour manifester pour l'abolition de la chasse à courre. Un événement qui intervient cette année juste après la mise à mort d'un cerf dans un jardin à La Croix-Saint-Ouen, à quelques kilomètres de là.

Pas moins de 400 militants de l'association anti-chasse AVA se sont réunis comme chaque année à Saint-Jean-aux-Bois dans l'Oise ce samedi 28 pour demander l'abolition de la chasse à courre selon France 3 Hauts-de-France. Cette manifestation prenait place en même temps que la messe annuelle des veneurs, pendant laquelle les chiens de chasse sont bénis.

Si chaque année une petite cinquantaine de militants se réunissent pour huer les chasseurs, la fréquentation record de ce samedi n'était pas attendue et la messe a été annulée. Ce nombre important de manifestants s'explique par le récent événement qui a secoué le territoire.

Le samedi 21 à La Croix-Saint-Ouen, un cerf était abattu dans un jardin à la suite d'une chasse à courre. La vidéo de l'animal et les circonstance de sa mort ont touché l'opinion publique, d'où l'ampleur de la foule à Saint-Jean-aux-Bois, à une dizaine de kilomètres de là, ce samedi.

La Société de vénerie a d'ailleurs rendu jeudi 26 les conclusions de son enquête concernant la mort du cervidé. Pour l'association, les chasseurs n'ont pas commis d'infraction au regard de la loi. Ce pendant l'organisation reconnaissait des "négligences" des chasseurs tout en condamnant "la campagne de diffamation" dont était victime le chasseur qui avait abattu l'animal.

Depuis les événement, il fait l'objet d'insultes virulentes et de menaces de mort et a porté plainte pour diffamation après les "500 messages sur Messenger, 50 SMS et 150 mails" qu'il a reçu.

La fréquentation record de la manifestation s'explique par les récents événement à La Croix-Saint-Ouen.


Commentaires

-