"Disparues de l'A6": le meurtrier présumé de Christelle Blétry, assassinée en 1996, devant les assises

"Disparues de l'A6": le meurtrier présumé de Christelle Blétry, assassinée en 1996, devant les assises

Publié le :

Lundi 23 Janvier 2017 - 15:52

Mise à jour :

Lundi 23 Janvier 2017 - 16:04
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il y a plus de vingt ans, Christelle Blétry, 20 ans, était retrouvée massacrée d'une centaine de coups de couteau en pleine affaire des "disparue de l'A6". Son meurtrier présumé comparait devant la cour d'assise.

C'est un procès inespéré pour la famille de Christelle Blétry. Avec en suspens l'interrogation lancinante sur l'existence ou non d'un tueur en série dans l'affaire dite des "disparues de l'A6". Pascal Jardin, 58 ans, comparaît depuis ce lundi 23 devant la cour d'assise de Chalon-sur-Saône, suspecté d'avoir massacré la jeune femme de 20 ans, retrouvé lardée de plus d'une centaine de coups de couteau à Blanzy, non loin de Monteceau-les-Mines (Saône-et-Loire). C'était il y a un peu plus de 20 ans.

Noël venait à peine de se terminer. Le 27 décembre 2016, Christelle, élève d'un lycée professionnel agricole, passe la soirée chez des amis. Elle repart seule à pied à son domicile. Elle ne l'atteindra jamais. Son corps n'a même pas été dissimulé par celui qui a brutalement mis fin à son existence: c'est le facteur qui a trouvé la dépouille mutilée de la jeune femme, dans un fossé, atteint de pas moins de 123 plaies faites au couteau.

Il faudra attendre 2014 et les progrès scientifiques pour que l'enquête évolue favorablement. Des prélèvements avaient pu être faits sur les lieux du crime mais l'identification n'était pas encore possible avec les moyens de l'époque, l'échantillon étant trop restreint. Dix-huit ans après les faits, la culotte et le pantalon de la jeune fille parlent: des traces mènent vers Pascal Jardin, déjà condamné dans une affaire d'agression sexuelle. L'homme avouera avant de se rétracter.

Mais le meurtre de Christelle Blétry avait ceci de troublant qu'il s'inscrivait dans une abominable série noire commencée en 1986 de 14 disparitions ou meurtres de jeunes femmes. Tous les cas se sont produits dans un périmètre réduit, non loin du lieu où la lycéenne a été sauvagement tuée en 1996. Le 18 juin 2015, Jean-Pierre Mura un schizophrène de 47 ans est condamné à 20 ans de prison pour le meurtre de Christelle Maillery, l'une des victimes de cette série, morte de 33 coups de couteau dans une cave du Creusot en 1986.

La question se pose auprès des enquêteurs: est-ce que Jean-Pierre Mura, ou Pascal Jardin (qui est toujours présumé innocent) ont-pu commettre plusieurs de ces meurtres? Ou ces crimes ne sont-ils qu'une série particulièrement funeste de coïncidences et d'affaires non résolues? Ce sera la question qui trottera dans toutes les têtes. Et sans doute encore bien après le verdict...

 

Le procès se tient plus de 20 ans après les faits.


Commentaires

-