Euro 2016: nouvelles violences à Marseille

Euro 2016: nouvelles violences à Marseille

Publié le :

Samedi 11 Juin 2016 - 17:47

Mise à jour :

Samedi 11 Juin 2016 - 17:54
©Leon Neal/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Les Hooligans, notamment anglais, se sont une nouvelle fois fait remarquer à Marseille samedi à quelques heures du premier match de leur équipe contre la Russie. Les forces de l'ordre sont intervenues suite à des bagarres entre "supporters" et ont été elles-mêmes prises à partie.

De nouveaux incidents ont éclaté ce samedi 11 sur le Vieux-Port de Marseille où étaient rassemblés plusieurs centaines de supporters, souvent très alcoolisés, avant le match Angleterre-Russie de l'Euro 2016, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"La police est intervenue sur des rixes qui opposaient des supporters anglais, russes et des Français dans le secteur du Vieux-Port", a déclaré à l'AFP le préfet de police Laurent Nunez.

La police - quelque 250 policiers et gendarmes - a fait usage de gaz lacrymogènes et les supporters sont partis en courant dans les rues avoisinantes, certains continuant à se battre entre eux, en s'arrachant leur T-shirt et en brisant des bouteilles de bière, a constaté l'AFP. La plupart avaient une bouteille à la main, certains des packs entiers.

Jusqu'à 16h, le calme régnait sur le Vieux-Port avant ces brusques poussées de violences répétées. Plusieurs bagarres entre supporters de diverses nationalités ont alors éclaté, provoquant l'intervention des forces de l'ordre, aussitôt prises à partie par les supporters, a dit le préfet. "On occupe le terrain et on empêche les rixes. Nous intervenons systématiquement quand il y a des rixes pour les disperser", a-t-il ajouté.

Vers 17h, la police et les supporters, face à face sur le Vieux-Port, continuaient à s'affronter à intervalles réguliers, séparés par quelques mètres. De nombreux projectiles - chaises, bouteilles - étaient lancés en direction de la police, qui répliquait avec des grenades lacrymogène et chargeait pour disperser les supporters.

Aucun chiffre n'était disponible en début de soirée sur les blessés et les interpellations, gendarmes mobiles et CRS étant occupés à rétablir l'ordre avant tout, selon le préfet. Des incidents similaires ont eu lieu jeudi 9 et vendredi 10 à Marseille, mais en présence de moins de supporters.

 

Les policiers et gendarmes ont essuyé des jets de projectiles et ont répliqué avec des gaz lacrymogènes.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:



Commentaires

-