Justice pour l'épouse d'un détenu forcée de se déshabiller au parloir

Justice pour l'épouse d'un détenu forcée de se déshabiller au parloir

Publié le :

Mercredi 18 Avril 2018 - 17:58

Mise à jour :

Mercredi 18 Avril 2018 - 18:01
L'Etat a écopé d'une amende qui sera versée à l'épouse d'un détenu de la maison d'arrêt de Nevers. En 2015, cette dernière avait été forcée d'enlever sa robe pour rendre visite à son mari au parloir. Elle avait porté plainte.
© MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'Etat a récemment été condamné pour traitements inhumains et dégradants par le tribunal administratif de Dijon pour des faits qui remontent à 2015, et qui se sont déroulés au sein de la maison d'arrêt de Nevers.

Une femme, épouse d'un détenu, s'était sentie humiliée quand on l'avait forcée à enlever sa robe et à aller voir son mari au parloir simplement vêtue d'un collant et d'un chemisier.

Selon Le Journal du Centre, qui révèle l'information, les surveillants pénitentiaires ont demandé à cette femme d'enlever sa robe car les armatures métalliques faisaient sonner le portique de sécurité. Mais ils ne lui ont pas permis de se rhabiller une fois le point de contrôle passé. Ce qu'a d'ailleurs dénoncé et souligné à maintes reprises l'avocat de la plaignante: "Ma cliente a dû se rendre au parloir vêtue seulement d’un gilet et d’un collant devant des surveillants et des visiteurs. On aurait très bien pu lui rendre sa robe après le portique".

Lire aussi: Nantes - un détenu agresse violemment un surveillant de prison avec un manche de fourchette "aiguisé"

L'Etat a donc été condamné à lui verser 2.000 euros et a écopé d'une amende supplémentaire de 1.000 euros pour l'avocat de cette femme, Me Sylvain Gauché du barreau de Clermont-Ferrand.

Le Journal du Centre a aussi précisé qu'une autre procédure était en cours car le mari, en voyant sa femme ainsi vêtue, était entré dans une colère noire. Pour le sanctionner, le procureur lui avait alors interdit les visites conjugales pendant deux mois.

La femme d'un détenu, qui avait été forcée d'enlever sa robe pour lui rendre visite au parloir, a obtenu justice et va recevoir 2.000 euros de l'Etat.


Commentaires

-