L'aide-soignant filmé en train de frapper une nonagénaire jugé

L'aide-soignant filmé en train de frapper une nonagénaire jugé

Publié le :

Vendredi 22 Mars 2019 - 12:47

Mise à jour :

Vendredi 22 Mars 2019 - 13:01
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le procès d'une aide-soignant filmé en février dernier en train de violenter et d'insulter la patiente d'un Ehpad a lieu ce vendredi 22. Il risque cinq ans de prison.

L'affaire avait choqué tout en relançant le débat sur les mauvais traitement des personnes âgées dans les maisons de retraite. L'aide-soignant qui avait été filmé en train de violenter une nonagénaire dans un Ehpad du Val-de-Marne est jugé ce vendredi par le tribunal de Créteil.

Soupçonnant des violences, la famille avait installé clandestinement une caméra dans la chambre de la nonagénaire début février. Un matin, la résidente avait été retrouvée avec une jambe cassée sans qu'aucun incident n'ait été signalé. La vidéo avait révélé qu'elle était tombée de son lit. Elle avait appelé à l'aide pendant une heure avant que l'aide-soignant n'arrive.

Les insultes ont plu: "Ferme ta gu..., vieille s..., fais ch...". L'homme l'aurait violement tirée par la jambe pour la remettre dans son lit et frappée à plusieurs reprises tandis que sa victime le suppliait d'arrêter.

Voir: Val-de-Marne: un aide-soignant d'un Ehpad en garde à vue pour violences

L'individu a été mis en examen dans la foulée et placé en détention provisoire. Il avait d'abord nié les faits avant d'être confronté aux images et d'avouer. La défense a obtenu un délai pour préparer le procès.

Père de famille âgé de 57 ans, l'accusé est décrit par l'avocat de l'Ehpad, interrogé par Le Figaro, comme "un homme qui travaillait dans la maison depuis neuf ans, très apprécié de ses collègues, de sa hiérarchie et des familles des résidents". L'établissement s'est constitué partie civile.

Le quinquagénaire devra répondre de "violences ayant entraîné plus de huit jours d'ITT sur personne dont la particulière vulnérabilité due à son âge est connue de leur auteur", faits punissables de 5 ans de prison et 75.000 euros d'amende.

Lire aussi:

Ils refusent de payer la maison de retraite de leur père... qui a tué leur mère sous leurs yeux

L'homme avait été filmé en train de frapper et d'insulter une femme de 98 ans.

Commentaires

-