Meaux: le sexagénaire se masturbait devant une école primaire

Condamné

Meaux: le sexagénaire se masturbait devant une école primaire

Publié le :

Jeudi 17 Mai 2018 - 16:42

Mise à jour :

Jeudi 17 Mai 2018 - 16:46
Un sexagénaire, arrêté en avril dernier après qu'il se soit masturbé devant un école primaire a été jugé mercredi à Meaux. Il a écopé de neuf mois de prison assortis d’un suivi socio-judiciaire de cinq ans.
© DAMIEN MEYER / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le prévenu a été interpellé en avril dernier en train de se masturber devant une école primaire de Meaux. Un sexagénaire comparaissait mercredi 16 devant le tribunal correctionnel de la ville pour une exhibition et des agressions sexuelles. Il avait en effet agressé deux patientes âgées de l’hôpital de Jouarre. La Ville de Meaux était partie civile à l'audience.

Le 12 avril dernier, le prévenu s'était aussi masturbé devant la cour de l'école primaire Condorcet alors que des élèves s'y trouvaient vers midi rapporte Le Parisien. Les enseignants ont averti les forces de l'ordre alors que le satyre avait pris la fuite. Le sexagénaire sera interpellé probablement grâce à son signalement alors qu'il dormait sur un carton.

Lire - Hauts-de-Seine: un gendarme arrêté alors qu'il se masturbait dans le métro

Lui était également reprochées des agressions sexuelles contre deux patientes âgées de l’hôpital de Jouarre où il avait été admis au service Alzheimer en mai 2017: "Il leur avait touché les seins, les avait déshabillées et embrassées".

Le quotidien précise que, bien que le prévenu ait refusé de se plier à une expertise psychiatrique en détention provisoire, il était "visiblement perdu à l’audience et ne jouissant pas de toutes ses facultés mentales".

Voir - Masturbation en public, vol et conduite sans permis: 18 mois de prison pour "l'idiot du village" décrit comme "hypersexuel"

A la barre, il a nié les faits qui lui sont reprochés, expliquant qu'il "ne montrait son sexe qu’aux femmes et pas aux enfants" et que par conséquent, il avait peut-être eu simplement envie d'uriner ou alors une institutrice avait peut-être eu envie qu'il se déshabille devant elle.

Des explications qui n'ont pas convaincu la cour qui l'a condamné à neuf mois de prison assortis d’un suivi socio judiciaire de cinq ans.

Le sexagénaire était jugé pour de l’exhibition sexuelle et des agressions sexuelles.

Commentaires

-