Pas d'opération "à coeur ouvert" dans le métro parisien

Pas d'opération "à coeur ouvert" dans le métro parisien

Publié le :

Mercredi 24 Août 2016 - 18:49

Mise à jour :

Mercredi 24 Août 2016 - 18:49
©Kenzo Tribouillard/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'homme qui a fait un infarctus dans le métro parisien et a été pris en charge à la station Duroc n'y a pas été "opéré à cœur ouvert". Les secours ont pratiqué une procédure récente et qui a pu impressionner les témoins, mais il ne s'agissait pas d'une chirurgie de cette ampleur.

Un passager victime d'un infarctus, une intervention des secours et un acte médical important pratiqué avec succès, mais pas d'opération "à cœur ouvert" sur le sol du métro parisien. L'information selon laquelle l'homme victime de ce malaise cardiaque aurait subi cette lourde intervention mardi matin a été précisée ce mercredi 24.

La victime de cet infarctus, un quinquagénaire, s'était écroulée à la station Duroc (XVe arrondissment). Les pompiers et le SAMU l'avait prise en charge puis emmener à l'hôpital.

Selon Franceinfo, la confusion viendrait du fait que les urgentistes ont utilisé une méthode particulière, récente et assez impressionnante dans ce contexte: une ECMO, pour extra-corporel membrane oxygénation. Elle permet d'oxygéner le sang afin de palier à la défaillance du cœur dont c'est le rôle en temps normal. Pour cela, une dérivation est placée au niveau de l'artère et de la veine fémorales (situées en haut de la cuisse). Cela permet aux secouristes de réoxygéner le sang grâce à une machine.

La procédure n'a donc rien à voir avec une opération à cœur ouvert. Mais selon le Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste cité par Franceinfo, les conditions de l'intervention ont pu laisser croire aux témoins qu'une véritable opération chirurgicale était en cours: "Un champ a dû être installé autour du patient et des soignants pour isoler la scène du regard des badauds, et il y a sûrement eu du sang visible. C'est une technique qui est utilisée en assistance circulatoire pendant les opérations de chirurgie cardiaque".

La procédure semble en tout cas avoir été un succès puisque la victime a pu être emmenée à l'hôpital et ses jours ne seraient plus en danger.

 

Les secours ont dû pratiquer une dérivation pour réoxygéner le sang de la victime.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-