Rodez: le tueur du chef de la police avait été interpellé 42 fois pour violence

Rodez: le tueur du chef de la police avait été interpellé 42 fois pour violence

Publié le :

Dimanche 30 Septembre 2018 - 10:45

Mise à jour :

Dimanche 30 Septembre 2018 - 10:54
© José A. Torres / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

L'agresseur présumé du chef de la police municipale de Rodez, connu des services de police pour des faits de droit commun, avait été interpellé pas moins de 42 fois pour des faits de violence.

Le mobile de l'assassinat de Pascal Filoé, chef de la police municipale de Rodez poignardé à mort jeudi 27, a été dévoilé par son agresseur présumé, Alexandre Dainotti. Son chien, considéré comme dangereux, lui aurait été retiré il y a une semaine suite à une verbalisation des services de la ville. Depuis, il avait menacé des agents de la ville et de la police municipale.

Le suspect, âgé de 39 ans explique même avoir donné neuf coups de couteau (et non pas trois comme initialement annoncé) à sa victime Pascal Filoé, selon le rapport fait de ses propos par Chérif Chabbi, le procureur de la République de Rodez. Les coups ont été portés dans au dos, à l'abdomen et au bras.

Lire aussi - Meurtre du chef de la police municipale à Rodez: les aveux d'Alexandre Dainotti

Alexandre Dainotti était d'ailleurs réputé violent dans la préfecture de l'Aveyron. Et pour cause, selon les informations de France 3 Occitanie, il avait été interpellé pas moins de 42 fois pour des faits de violence. Il avait, en outre, "avait menacé à plusieurs reprises le maire de Rodez Christian Teyssèdre et proféré des menaces de mort à l'encontre de fonctionnaires de la ville".

Pascal Filoé, père de trois enfants, a été transportée "en état d'urgence absolue" à l'hôpital de Rodez où il a succombé à ses blessures quelques heures après. 

De plus, selon l'édile, Alexandre Dainotti aurait tendu un "guet-apens" à sa victime. Alors que cette dernière "quittait la mairie pour se rendre à une réunion, l'homme, qui l'attendait dans une ruelle, lui a sauté dessus". Une affirmation qui pourrait fa   ire que la justice retienne la préméditation de l'acte.

Cette agression mortelle du responsable de la sécurité en plein jour et au centre de la paisible préfecture de l'Aveyron a suscité de nombreuses réactions.

"Je partage la douleur des habitants de Rodez après l'attaque ignoble (...). Soutien à ses collègues éprouvés et aux policiers nationaux qui ont immédiatement interpellé l'individu", a tweeté le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

Voir:

Rodez: le responsable sécurité de la mairie mortellement poignardé 

Souffrant d'acouphènes et dépressif, il poignarde sa compagne et se suicide

Le tueur présumé du chef de la police de Rodez avait déjà été interpellé pour violence 42 fois.


Commentaires

-