Dengue, chikungunya : le risque s'installe en France métropolitaine

Dengue, chikungunya : le risque s'installe en France métropolitaine

Publié le :

Mardi 28 Avril 2015 - 12:14

Mise à jour :

Mardi 28 Avril 2015 - 12:35
©Jean-Raphaël Guillaumin/Flickr
PARTAGER :
-A +A

La dengue et le chikungunya, deux maladies d’origine tropicale, ne cessent de s’étendre dans le monde entier avec l’extension de l’implantation des moustiques qui les véhiculent. La France est également touchée.

La vigilance est de mise. Selon le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'Institut national de veille sanitaire (InVS), le risque d’une épidémie de dengue et le chikungunya s’installe en métropole. Ces deux maladies "sont en forte expansion" commence le rapport, qui s’intéresse au Aedes albopictus communément appelé moustique tigre, en raison de son abdomen rayé.  

En France métropolitaine, 489 cas de chikungunya et 201 cas de dengue ont fait l’objet d’une déclaration obligatoire. La plupart de ces cas concernent des voyageurs revenus de pays où ces maladies sont très présentes, notamment laThaïlande ou les Caraïbes.

Mais le moustique tigre est aujourd’hui présent dans plusieurs régions françaises. Il été repéré dans 18 départements du sud de la France, ainsi que dans huit autres du Nord et de l’Ouest. L’insecte, qui pique surtout durant la journée, est originaire d’Asie du Sud-est. Il a ensuite migré sur tous les continents.

"Avec l'intense circulation internationale des personnes et l'implantation croissante d'Aedes albopictus en zone tempérée, le risque de dengue et de chikungunya est maintenant globalisé et ne fera que croître avec la progression de l'implantation du moustique tigre" insiste le docteur Jean-Claude Desenclos, directeur scientifique à l'InVS.

Ce dernier rappelle que "depuis 2006, un plan national anti-dissémination du chikungunya et de la dengue en métropole" a été établi et reconduit depuis, chaque année. Ce plan prévoit notamment de faire déplacer des épidémiologistes au domicile des malades pour repérer d'éventuelles contaminations, sensibiliser le voisinage et lancer des opérations de démoustication dans un rayon de 150 à 200 mètres.

 

Le risque de dengue et de chikungunya s'accroit en France métropolitaine.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-