Hépatite C: tous les malades pourront bénéficier des nouveaux traitements

Hépatite C: tous les malades pourront bénéficier des nouveaux traitements

Publié le :

Mercredi 25 Mai 2016 - 14:20

Mise à jour :

Mercredi 25 Mai 2016 - 14:35
Désormais, les nouveaux antiviraux d'action directe (NAAD) utilisés pour traiter l'hépatite C et jusque-là réservés aux malades les plus graves, seront accessibles à toutes les personnes atteintes, a annoncé Marisol Touraine ce mercredi. Pour réduire les coûts exorbitants de ces médicaments, la ministre de la Santé a saisi le Comité économique des produits de santé (CEPS).
©DR
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Les traitements innovants contre l'hépatite C, appelés nouveaux antiviraux d’action directe (NAAD),  très efficaces mais chers et jusqu'alors réservés aux malades les plus graves, vont pouvoir bénéficier à tous les patients atteints par cette infection virale, a annoncé ce mercredi 25 la ministre de la Santé, Marisol Touraine dans une démarche globale de lutte contre les hépatites. "Aujourd'hui, je décide l’accès universel aux traitements de l'hépatite C", a annoncé la ministre à l'occasion d'un colloque consacré à la lutte contre les hépatites virales, à Paris. "Le progrès thérapeutique permet aujourd’hui de guérir l’hépatite C. Les nouveaux traitements disponibles sur le marché sont, à ce titre, porteurs d’espoir pour les 500.000 personnes atteintes de cette maladie en France", selon elle.

"Nous devons aujourd’hui aller plus loin et garantir l’accès de tous les malades à ces traitements", a-t-elle ajouté. "Plus de 30.000 malades" très atteints ont déjà été traités, selon la ministre. Plus de 90% d'entre eux n'ont plus de charge virale décelable, c'est à dire qu'ils n'ont plus de trace de présence du virus dans leur organisme, a-t-elle précisé.

Reste encore le problème du coût à résoudre. Car les NAAD sont limités à certains patients en raison de leur prix élevé. Ainsi, la boite de 28 comprimés de Sovaldi, médicament présenté comme révolutionnaire, coûte plus de 13.000 euros. Les prix avaient été fixé après de longues discussions entre les firmes et le comité économique des médicaments. Pour les modifier, Marisol Touraine a saisi le Comité économique des produits de santé (CEPS) afin qu'il négocie les tarifs avec les fabricants de NAAD.  

 

La boite de Solvadi coûte plus de 13.000 euros.


Commentaires

-